Depuis l’instauration de la première République à nos jours, s’il y a un personnage dont l’essentiel des Maliens regrette la disparition, c’est bien l’ex-Président et père de l’indépendance du Mali, Modibo Kéita. La nation entière lui voue un culte. Même les générations n’ayant existé à l’époque de son règne, voient en ce personnage pluridimensionnel, un incommensurable repère politique et moral. Qui a donc ordonné son assassinat, une décennie après son renversement ? L’ex-dictateur fasciste, le Général Moussa Traoré, doit enfin s’imposer le devoir de révéler toute la vérité aux maliens !

    

Le 19 novembre 1968, le Président Modibo Kéita se faisait renverser par un de ses puissants chefs de milice gouvernementale, le Lieutenant Moussa Traoré. A son arrestation, le jour du premier putsch de notre histoire et que le mythique père de la nation a voulu sans aucune effusion de sang, Modibo Kéita a été conduit par les hommes du nouvel homme fort du pays, dans les locaux d’une base militaire où, durant environ 3 heures d’horloge, Moussa Traoré et ses complices lui feront violemment pression afin qu’il abandonne définitivement l’option socialiste comme mode de gouvernance au Mali sous peine de renverser son régime et le garder indéfiniment en détention.

Comme réponse, le Président Modibo Kéita leur signifia très nettement qu’il ne pouvait pas, à lui seul, décider de l’abandon de l’option socialiste sans, au préalable, passer par l’adhésion légitime et souveraine du peuple malien. Après des heures d’insistance parfois brutale, la réponse de Modibo Kéita, resta inchangée. C’est alors que, n’ayant autre choix, le Lieutenant Moussa Traoré se rendit instantanément à la radio pour annoncer à l’opinion nationale et internationale, le renversement du régime Modibo Kéita avec la promesse d’organiser des élections libres et transparentes aboutissant à l’instauration d’une nouvelle République.

Ces six mois de Moussa Traoré dureront malheureusement jusqu’à 23 ans de règne sans partage, mettant ainsi à l’eau, tous les acquis politiques et sociaux forgés par un Président extraordinairement visionnaire dont la nation malienne continue de pleurer la mémoire. Qui étaient donc ceux-là dont l’option socialiste tant prônée par Modibo Kéita, menaçait les intérêts ? Qui étaient les vrais commanditaires de l’œuvre subversive du Général Moussa Traoré contre le régime socialiste de Modibo Kéita quand on sait également qu’il était farouchement opposé à l’adoption du franc CFA ? 10 ans après le renversement de la première République et que le Président déchu, Modibo Kéita, a passée dans d’affreuses conditions de détention, par qui et pourquoi son assassinat a été ordonné ?

Voici une panoplie de questions pertinentes dont seul le vieux dictateur peut et doit s’imposer le devoir de répondre, en vue de soulager la brûlante aspiration de millions de maliens à la vérité. En clair, avant l’appel de la tombe, le Général Moussa Traoré doit s’imposer l’ultime responsabilité historique de révéler toute la vérité au peuple malien sur le renversement ainsi que l’assassinat prémédité de l’ex-Président, Modibo Kéita. Ce devoir de vérité du Général Moussa Traoré, pourrait aussi s’apparenter à une volonté d’apaiser d’insoutenables amertumes infligées au peuple malien par sa longue et fascisante dictature, causant des décennies de retard. Moussa doit enfin dire la vérité !

Modibo Kane DIALLO

Source: La Sirène

MaliwebMali actuMalijetmaliwebMaliweb Malijet Maliactumaliweb net
Depuis l’instauration de la première République à nos jours, s’il y a un personnage dont l’essentiel des Maliens regrette la disparition, c’est bien l’ex-Président et père de l’indépendance du Mali, Modibo Kéita. La nation entière lui voue un culte. Même les générations n’ayant existé à l’époque de son règne,...