Alors qu’on le pensait désavoué et en repos sabbatique, le guide religieux revient à la charge. Un appel est lancé au peuple, pour le vendredi 5 avril 2019, afin d’en découdre avec le Chef de l’État cette fois.

Tout est parti d’une vidéo rendue publique sur les réseaux sociaux au nom de l’imam à qui on prête des ambitions politiques. C’est par la voix de son porte-parole, Issa Kaou Djim, que l’annonce d’un grand regroupement a été faite.

Ce dernier a officialisé un message qui aura surpris plus d’un en langue nationale bamanan en ces termes: «Depuis un moment, l’imam Mahmoud Dicko avait promis d’appeler tout le monde. Ce jour est enfin arrivé, et à ce titre, tout le monde est invité à sortir, ce vendredi 5 avril, à la place de l’Indépendance », indique le messager attitré de l’imam contestataire.

La mobilisation a été prônée par le patron du Haut Conseil Islamique (HCI) qui ajoute « qu’aucun commerçant n’ouvre son commerce ce jour. Il ne s’agit pas seulement de Bamako, tous ceux qui peuvent venir à Bamako sont invités. Il s’agit d’aller livrer l’ultime message (TCHIKAN) à Ibrahim Boubacar Kéita. Il ne va pas écouter mais il verra seulement ce qui va se passer. IBK saura que le pays à des gardiens. Il ne s’agit pas encore d’appeler à la démission de Boubèye,  car on a fini avec ce dernier, mais il s’agit du Président lui-même cette fois-ci».

Des propos qui se passent de commentaires et qui montrent bien que l’imam entend dicter à l’employeur du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga sa ligne de conduite. Ironie du sort quand on sait que le Président Ibrahim Boubacar Kéita fut à son chevet quand il a perdu sa mère. Mieux, le gouvernement avait décidé de le soutenir avec une enveloppe méga conséquente pour son dernier meeting mais l’éternel insatisfait a fini par refuser.

Au final il se verra désavoué par le Chef de l’État qui a vite fait son choix à travers le fameux «main dans la main» avec son chef de gouvernement. Pourtant, ces mises en gardes et défiances du guide religieux ont été occasionnées par IBK.

Déjà lors de son élection, en 2013, il a eu à recourir à leur quitus à un moment où la classe politique était désavouée. Ce qui donna une certaine ossature aux leaders religieux qui ont multiplié les ingérences dans l’arène politique depuis.

Mieux, le locataire de Koulouba s’est plusieurs fois affiché avec eux notamment lors des cérémonies de Maouloud et autres, donnant une certaine immunité à ses détracteurs d’aujourd’hui.

Même si les préférences de BOUA vont plus vers le guide Ousmane Chérif Madani Haïdara, patron des Ançars qui devait avoir un bonus suite à la revendication de ce dernier réclamant un espace pour ces cérémonies d’envergure. Nul n’a été en marge de secousses que ce choix a provoquées dans l’arène islamique.

N’oublions pas le fait que …..Lire la suite sur Nouvel Horizon

MaliwebMali actuMaliweb Malijet Maliactu
Alors qu’on le pensait désavoué et en repos sabbatique, le guide religieux revient à la charge. Un appel est lancé au peuple, pour le vendredi 5 avril 2019, afin d’en découdre avec le Chef de l’État cette fois. Tout est parti d’une vidéo rendue publique sur les réseaux sociaux au...