Le Centre de Formation pour le Développement (CFD) a abrité, le vendredi 14 avril 2017, l’atelier de lancement des nouveaux projets et programmes financés par le Fonds du Climat (Phase II). C’était sous la présidence du ministre l’environnement, de l’assainissement et du développement durable, Mme Keita Aida M’Bo, en présence de l’Ambassadeur de la Suède au Mali, Eva Emneus, la représentante de l’ambassadeur de la Norvège, Synne Emilie BjØrnrå ainsi que le représentant du directeur  pays du PNUD au Mali, Oumar Tamboura.

minusma conference securite cooperation pnud

Piloté par l’Agence de l’Environnement et Développement Durable (AEDD), le lancement de ces projets marque la fin de la phase pilote du Fonds Climat Mali, avec le financement de quatre nouveaux projets pour un montant total de 3. 658. 846 dollars US, dont trois projets ont déjà reçu les ressources financières. Ainsi, ce financement vient s’ajouter à une première série de financement  des trois projets  et programmes.

Dans son intervention, le représentant du Directeur pays du PNUD, Oumar Tamboura dira que le fonds est l’un des premiers en Afrique et que depuis sa mise en place en 2013, une phase pilote a permis de financer en 2014, trois projets pour un montant total de 2,6 millions de dollars US suite à une première contribution de la Suède. Par ailleurs, il a salué l’engagement des autorités du Mali qui a permis le renouvèlement du protocole entre le Mali et le bureau des fonds multipartenaires du PNUD pour quatre années. Pour lui, ce renouvellement va permettre de consolider le fonds Climat Mali pour faire face aux défis et enjeux liés au changement climatique. Pour Eva Emneus, l’ambassadeur de la Suède, son pays est fortement impliqué dans la création de ce Fonds. Plus loin, l’ambassadeur a fait savoir que le gouvernement du Mali a récemment renouvelé son accord avec le PNUD concernant la gestion du fonds et qu’en ce sens la Suède pourrait évaluer une nouvelle contribution.

Abordant dans le même sens, la représentante de l’ambassadeur de la Norvège au Mali, Synne Emilie BjØrnrå  a souligné que le changement climatique et l’environnement est un secteur prioritaire pour le gouvernement Norvégien et c’est pour cette raison qu’elle soutient le Fonds Climat Mali. Par ailleurs, elle dira que ces derniers douze mois, le Fonds Climat Mali a fait beaucoup de progrès en ce qui concerne la gestion. De même, elle a invité le gouvernement malien à contribuer  financièrement au Fonds Climat Mali en adoptant une loi qui le permettrait. Au dire du ministre, ces quatre nouveaux projets ont été soumis au financement  du Fonds Climat Mali par trois organisations dont l’ONU-femmes, FAO-Mali et PNUD-Mali en partenariat avec des organisations non gouvernementales et les services techniques concernés. Selon le ministre, ces projets et programmes interviennent dans les domaines suivants : l’intensification de l’agriculture, à travers la restauration des terres dégradées, et l’aménagement des pâturages et parcours pastoraux ; l’intensification de l’agriculture et de la pisciculture par la vulgarisation de nouvelles techniques innovantes de pisciculture associées à la riziculture ; la filière bois et énergie mettant un accent particulier sur la question de l’efficacité énergétique, le développement d’une filière durable de bioénergies, la mise en défens de forêts villageoises et la régénération assistée ; la maitrise de l’eau à travers la promotion de points d’eau modernes pour l’accès à l’eau potable, et de plans d’eau de surface pour le cheptel et la production piscicole.

Ousmane Baba Dramé

Source: Le Républicain

MaliwebMaliweb Malijet Maliactu
Le Centre de Formation pour le Développement (CFD) a abrité, le vendredi 14 avril 2017, l’atelier de lancement des nouveaux projets et programmes financés par le Fonds du Climat (Phase II). C’était sous la présidence du ministre l’environnement, de l’assainissement et du développement durable, Mme Keita Aida M’Bo, en...