Sur invitation de la partie algérienne, Chef de file de la Médiation internationale dans la crise malienne, le Comité de Suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation a tenu sa quatrième session consultative de haut niveau, ce 19 janvier 2020 à l’Hôtel Azalai de l’Amitié de Bamako. Cette réunion de relance du CSA a notamment abordé la question du redéploiement de l’armée malienne dans le nord et plus particulièrement à Kidal, localité toujours sous contrôle des ex-rebelles.

 

Pour la circonstance, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale, Tiébilé DRAMÉ, avait à ses côtés, plusieurs de ses collègues du Gouvernement, et ses homologues du Burkina Faso, de la Mauritanie et du Niger.

La session était présidée par Rachid BLADEHANE, secrétaire d’État chargé de la communauté nationale et des compétences à l’étranger de l’Algérie, Chef de file de la Médiation internationale. Elle a enregistré également la présence effective des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et des partenaires dudit processus.

Au cours des travaux, les participants ont fait le point de la situation sur les développements de la mise en œuvre de l’Accord depuis la 3e réunion du CSA (juin 2019). Ils ont ainsi abordé la question des résolutions issues du Dialogue national inclusif, le déploiement de l’Armée nationale reconstituée et l’opérationnalisation du Fonds de Développent des régions du Nord.

L’armée malienne reconstituée sera bientôt redéployée à Kidal. La Médiation internationale l’a annoncé ce week-end dans un communiqué à l’issue d’une rencontre avec les groupes armés signataires de l’accord pour la paix. Pour les responsables de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) « rien n’empêche la présence des forces armées maliennes à Kidal ». Du côté de la Plateforme, la gestion de cette région par la CMA « illustre une violation de l’Accord pour la paix et la réconciliation ».

À l’ouverture, le ministre algérien a indiqué qu’il s’agissait d’impulser une nouvelle dynamique et accélérer la cadence dans le processus de mise en œuvre de l’Accord. Pour ce faire, il a rappelé toutes les parties l’ordre : « il est temps que toutes les parties honorent leurs engagements », a-t-il dit.

De son côté, le ministre nigérien des Affaires étrangères, Ankourao KALLA, a souligné que c’est une session qui a démarré sous de bons auspices.

« Nous pensons que l’armée malienne reconstituée va être redéployée d’ici 2 à 3 semaines dans les régions de Gao, Tombouctou et Kidal. Il y avait de petits problèmes de sécurisation des camps, la vérification des quotas, et pour le reste, tout le monde est d’accord. Évidemment, la communauté internationale va accompagner ce redéploiement, et on va accompagner le développement, les élections législatives. Je pense que le bon chemin a été pris », a-t-il dit.

« Pour la première fois, une vraie discussion a eu lieu pour voir comment ce redéploiement pouvait se faire, en espérant que le plus rapidement possible ce bataillon puisse réellement se déployer à Kidal », a déclaré Mahamat Saleh Annadif, représentant spécial de l’ONU dont l’institution a été sollicitée pour faciliter ce retour.

Le ministre Tiébilé Dramé a salué des discussions enrichissantes et constructives pour notre pays. Il y a réellement un nouvel état d’esprit qui souffre. Même si le Comité de suivi de l’Accord ne s’est plus réuni depuis 5 mois (septembre 2019), pour le ministre Tiébilé, il n’y a pas eu une suspension des efforts pour la paix au Mali, il n’a pas eu de suspension du dialogue intermalien.

« Nous nous sommes parlées pendant toute cette période », s’est-il réjoui.

Mais au cours de la réunion du CSA, on a également parlé de développement des zones désertiques du Nord.

« Une loi a créé la zone de développement du Nord, a rappelé Mahamat Saleh Annadif. Là, nous sommes contents d’apprendre de la part du gouvernement que ce fonds est déjà alimenté. J’ai écouté la France, elle a fait une annonce de pratiquement 2 millions d’euros pour dire qu’elle va continuer », a expliqué le ministre Dramé.

À la fin des travaux, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a reçu tous les participants, à Koulouba.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info -Matin

MaliwebNord-Mali
Sur invitation de la partie algérienne, Chef de file de la Médiation internationale dans la crise malienne, le Comité de Suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation a tenu sa quatrième session consultative de haut niveau, ce 19 janvier 2020 à l’Hôtel Azalai de l’Amitié de Bamako....