Les combats meurtriers ont opposé, dimanche dernier, non loin du secteur de Dialloubé, dans la région de Mopti, des éléments fidèles à Amadou Koufa à ceux de l’organisation Etat islamique du Grand Sahara (EIGS). La gestion des bourgoutières qui génèrent une manne financière pour ces groupes extrémistes et les ressources provenant de la zakat seraient à l’origine de cette friction.

Les combats ont été très violents entre ces deux organisations terroristes causant, de part et d’autre, une dizaine de morts.

Il est à signaler que, depuis plusieurs semaines, la Katiba Ansar Eddine Macina joue sa survie dans une zone qu’elle considérait comme « sa chasse gardée ». L’Etat islamique qui semble beaucoup plus organisé et disposant de plus de moyens monte en puissance dans la zone et recrute désormais dans les rangs de la Katiba d’Amadou Koufa. Certains de ses affidés ont même prêté allégeance à l’EIGS.

Le 17 mars dernier, des combats similaires avaient éclaté entre l’EIGS et la Katiba Ansar Eddine Macina dans le secteur de Fassala, non loin de la frontière avec la Mauritanie et au cours desquels l’un des lieutenants d’Abu Saharaoui, un certain Moussa Moumouni, considéré comme l’un des chefs militaires de l’EIGS, avait été abattu.

A. DIARRA

Source : l’Indépendant

MaliwebNord-Mali
Les combats meurtriers ont opposé, dimanche dernier, non loin du secteur de Dialloubé, dans la région de Mopti, des éléments fidèles à Amadou Koufa à ceux de l’organisation Etat islamique du Grand Sahara (EIGS). La gestion des bourgoutières qui génèrent une manne financière pour ces groupes extrémistes et les...