Loin de l’image colportée par les responsables politiques et relayée par la presse parisienne, les unités de l’armée française en poste depuis plus de quatre ans dans les régions du nord du Mali sont de plus en plus honnies par les populations locales qui les accusent de brutalité et d’exactions systématiques. A Kidal, principale ville du Nord-Mali, l’agence de presse française AFP a rapporté que la population a manifesté lundi, pour la troisième fois depuis vendredi, pour réclamer le départ de la force française «Barkhane» de cette ville contrôlée par d’anciens rebelles touareg. Mais cette information n’a pas été reprise par les principaux médias français.

manifestation marche nord kidal touareg mnla cma anti armee francaise revolte camp militaire soldat barkhane serval explosion mali

«Nous avons manifesté, et nous continuerons de manifester, parce que les troupes françaises doivent dégager», a déclaré l’un des organisateurs de la manifestation. «Elles n’ont rien à faire ici. Elles sont trop brutales, elles interviennent sans précaution dans des domiciles privés».

Sur des banderoles déployées par les manifestants, on pouvait lire : «Barkhane dégage» ou encore «Quittez Kidal». Selon des témoins, des civils ont jeté des cailloux sur les véhicules appartenant aux militaires français, obligeant les conducteurs à rouler à vive allure pour se mettre à l’abri. Des arbres ont été brûlés et les commerces ont baissé leurs rideaux pendant ces rassemblements. Aucune réaction officielle de la part du commandement militaire français qui pilote l’opération «Barkhane», ni d’ailleurs des autorités maliennes, ce qui aggrave encore leur cas.

Cette révolte populaire contre la présence militaire française au Nord-Mali vient s’ajouter aux déconvenues successives essuyées par ces unités depuis plusieurs mois. Car les groupes terroristes ont réussi non seulement à régénérer dans les régions du Nord et à réinvestir le terrain mais, aussi, à étendre leur action à d’autres régions du pays et atteindre la capitale Bamako par des attentats meurtriers visant des édifices publics mais, aussi, des postes et des patrouilles militaires.

Cette recrudescence inquiétante du terrorisme s’est aussi étendue au Niger, autre pays censé être «couvert» par l’opération «Barkhane» où une attaque contre une patrouille militaire de l’Africom, la semaine dernière, a fait plusieurs victimes.

R. M.

 

algeriepatriotique.com

MaliwebNord-Mali
Loin de l’image colportée par les responsables politiques et relayée par la presse parisienne, les unités de l’armée française en poste depuis plus de quatre ans dans les régions du nord du Mali sont de plus en plus honnies par les populations locales qui les accusent de brutalité et...