À Talataye, dans le Cercle d’Ansongo, Région de Gao, le week-end dernier a été trop mouvementé. Des Hommes armés non identifiés se sont pris à la population civile d’Inwelane, mais le Mouvement pour le Salut de l’Azawad, un groupe armé présent sur place, a riposté.

C’était, entre vendredi et samedi. Bien que les autorités militaires aient interdit depuis la semaine dernière, la circulation de motos et pick-up dans la ville, les agresseurs étaient à bord de ces engins.

Le bilan fait état d’au moins quatre civils tués et trois du côté des assaillants.  

Dans le Nord du pays, dans l’après-midi du samedi 3 février dernier, des individus armés non identifiés ont fait irruption dans le village d’Inwelane, une localité située à une dizaine de kilomètres de la Commune rurale de Talataye, dans le cercle d’Ansongo. Après des  représailles entre  les ravisseurs et le groupe armé, le Mouvement  pour le Salut de  l’Azawad (MSA), membre des groupes signataires de l’accord d’Alger, le bilan fait état de  quatre morts, quatre  personnes enlevées, des domiciles incendiés et les assaillants, dans leur fuite, ont emporté également deux véhicules.  De  leur côté, il est dénombré chez ces bandits 3 morts.

Selon nos informations, la patrouille du MSA qui était sur les trousses de ces terroristes, on affirme avoir arrêté certains terroristes. Lors de l’opération, des motos, des armes à feu et des munitions ont été également saisies.

Également,  la nuit du dimanche 4 février, deux militaires de la Garde nationale ont été tués par des Hommes assaillants à bord de moto.  Et au même moment,  d’autres individus sur des engins à deux roues ont attaqué le poste de la Gendarmerie de Hombory, dans la Région de Mopti.

Décidément, les attaques à main armée persistent dans le Nord et le Centre du pays.

Adama A. Haïdara 

SourceLe Combat

MaliwebNord-Mali
À Talataye, dans le Cercle d’Ansongo, Région de Gao, le week-end dernier a été trop mouvementé. Des Hommes armés non identifiés se sont pris à la population civile d’Inwelane, mais le Mouvement pour le Salut de l’Azawad, un groupe armé présent sur place, a riposté. C’était, entre vendredi et samedi. Bien...