Pendant qu’à Bamako et certaines localités du pays, l’année scolaire est perturbée par des grèves, au Centre et au Nord, le constat est alarmant. En effet, plus de 900 écoles sont fermées au Centre et au Nord à cause de l’insécurité depuis l’éclatement de la crise de 2012. Les djihadistes livrent une chasse contre les écoles dites classiques.  Profitant souvent de l’absence des forces armées, les groupes armés brulent les écoles, menacent le personnel enseignant, diffusent (dans les mosquées) des messages de propagande et réclament « la fermeture des ‘’ écoles classiques’’ au profit des écoles coraniques (Medersa).

La région de Mopti a le taux de scolarité le plus bas (24%). A cela, s’ajoute l’insécurité dans le Macina (Delta du Niger). Les écoles sont plus affectées dans les CAP de Djenné et de Ténenkou. De nos jours,  plus  de 142 écoles sont  fermées, avec des centaines d’enseignants et élèves affectés en raison des menaces et de la psychose qui règne dans ces localités.

Au même moment dans la région de Tombouctou, des centaines d’enseignants communautaires attendent toujours leurs subventions de l’année dernière. Ils demandent également « la prise en charge de leur sécurité ». Cette requête intervient alors que la semaine dernière, des présumés djihadistes ont proféré des menaces dans certaines localités du cercle de Niafunké, pour interdire l’ouverture des écoles.

Entre temps, Suite à l’incursion des présumés djihadistes dans les Communes de Madina Sacko, Boron et Toubakoro la semaine dernière, l’inquiétude plane sur la rentrée scolaire. Selon des sources locales, les présumés djihadistes ont dit qu’ils sont prêts à croiser le fer avec les autorités nationales si les lois telle que définies dans le Coran ne sont pas appliquées. Les populations appellent les autorités à sécuriser les écoles pour une année scolaire apaisée.

La  menace  djihadiste  touche aussi la région de Ségou où, le  dernier cas remonte dans la nuit de jeudi à vendredi  derniers, à Néguébougou dans l’académie d’enseignement de Farako. Sur place les responsables scolaires tirent la sonnette d’alarme et lancent un appel pressant aux autorités à « prendre des dispositions ». Ils demandent la sécurisation de la localité et la réouverture des écoles fermées. Certains enseignants sont contraints de quitter les localités concernées.

Les écoles sont réparties ainsi qui suit : 17 à Farako, 11 à Niono et 2 Saro dans la région Ségou. Sur les 32 écoles fermées l’année dernière, 2 ont pu rouvrir cette année. Cette situation perdure depuis 2017. « Les présumés terroristes qui ont fermé ces écoles menacent la population et imposent leurs idéologies. Ils brûlent les manuels scolaires », nous explique le Directeur de l’académie d’enseignement de Ségou.

Selon le responsable scolaire, les enseignants dans ces localités sont redéployés dans d’autres zones où la sécurité est moins tendue. Il ajoute : « les assaillants imposent l’arabe comme langue d’étude. Cette situation nuirait gravement au fonctionnement normal de l’école », regrette-t-il.

« Aucune patrouille, ni dispositions sont prises au niveau de ces localités. Et les assaillants se promènent impunément dans la localité », dénonce le responsable.

La commune de Farako, située à 40 Km de Ségou, enregistre le plus grand nombre d’écoles fermées. Le Syndicat des enseignants de la localité se dit « inquiet ». Les enseignants sont victimes de menace à tout moment. Cette situation les empêche d’exercer en toute quiétude. Certains sont obligés de quitter les lieux par peur de représailles.

La Rédaction

Source: L’Aube

MaliwebEducationNord-Mali
Pendant qu’à Bamako et certaines localités du pays, l’année scolaire est perturbée par des grèves, au Centre et au Nord, le constat est alarmant. En effet, plus de 900 écoles sont fermées au Centre et au Nord à cause de l’insécurité depuis l’éclatement de la crise de 2012. Les...