Décapitations en série, Iyad Ag Ghali a déçu et le JNIM ne sait plus qui mettre à sa tête. Gâté et démodé, le mâle dominant de la meute s’est fait bouffer par les plus jeunes. Dans la bataille, Yahya Abu Al-Hamman s’est imposé mais son siège est instable, menacé par les coups-bas du bandit Sedan Ag Hitta.

Entre ces deux jeunes loups c’est la guerre des pouvoirs, la guerre des clans, la guerre de l’argent. Depuis que Yahya Abu Al-Hamman a été désigné chef des opérations du JNIM pour redresser l’organisation que Iyad Ag Ghali avait laissé péricliter, les dissensions ne font qu’augmenter entre les cadres.

Al-Hamman serait donc légitime, d’autres comme Ag Hitta, beaucoup moins. Celui-ci en effet ne sert ni la cause du JNIM ni celle des Ifoghas. Il entache la réputation des hisbas, devenues des mafias de seconde zone sur son territoire qu’il pille. Et la campagne de nettoyage qu’il mène en assassinant ses combattants pour mettre sur leur dos ses propres erreurs le dessert totalement. Un chef qui aboie comme un chien enragé en menant une campagne de la terreur jusque dans son propre camp est un chef qui n’arrive pas à se faire respecter. Celui qui est légitime n’a pas besoin d’une telle mascarade et c’est donc bien la preuve qu’il est en difficultés.

Le JNIM n’arrive donc visiblement pas à trouver de nouveaux cadres fédérateurs notamment pour régénérer la branche Ansar Dine qui tombe en ruines. Même Iyad Ag Ghali, trop gâté pour mener des hommes, semble prendre ses distances avec Sedan Ag Hitta qui parait prendre son autonomie et être de moins en moins contrôlable. Tirer les Ifoghas et Ansar Dine vers le haut lui importe peu, seul son enrichissement compte.  On comprend pourquoi le JNIM se méfie de ce dernier et privilégie à sa tête Yahya Abu Al-Hamman, qui doit leur paraitre plus sûr.

 

Mais le JNIM sans AnsarDine et sous la domination d’Al Furqan est un coup dur pour Ag Ghali. Une telle organisation ne ressemble plus en rien à celle qu’il avait imaginée en 2017 et qui devait être dominée par les Ifoghas.

Les têtes de son hydre ont bien du mal à repousser. Ag Ghali a échoué.

Ibrahim Keïta

La rédaction

MaliwebNord-MaliIyad Ag Ghali
Décapitations en série, Iyad Ag Ghali a déçu et le JNIM ne sait plus qui mettre à sa tête. Gâté et démodé, le mâle dominant de la meute s’est fait bouffer par les plus jeunes. Dans la bataille, Yahya Abu Al-Hamman s’est imposé mais son siège est instable, menacé...