Simpleclin d’œil aux siens ou véritable volonté de l’Etat d’engager des actions concrètes pour sécuriser et rassurer les populations ? C’est loin de« l’itinérance mémorielle » de l’autre, pas exactement le « cahier d’un retour au pays natal », mais une visite diversement appréciée. Celle que vient de terminer le Premier ministre dans la région de Mopti a autant suscité toutes les folles espérances que les critiques les plus acerbes. Si la visite a étéjugée comme un franc succès par beaucoup, certains estiment toutefois qu’elle n’était qu’un couteux pique-nique qui ne s’imposait pas. C’est le Facebookan du jour.

Djibril Tangara : Cette visite du Premier ministre dans le centre du pays est à saluer. Lorsqu’on veut venir à bout d’une situation; il faut se rendre sur le terrain afin de toucher du doigt les réalités. Cela donne un meilleur aperçu et permet de prendre les bonnes décisions et mener les bonnes actions. Vivement la paix dans le Centre et sur toute l’étendue du territoire national.

Merkel Bijou : Les hommes dynamiques et compétents rassemblés pour venir servir la patrie avec dignité et loyauté. Nous savons que beaucoup de défis attendent ce gouvernement, mais nous n’avons aucun doute que cette équipe de Dr Boubou fera l’honneur pour un Mali stable. Nous remercions le Président de la République et son Gouvernement pour tous les efforts qu’ils sont en train de fournir pour rassurer la population pour leur disponibilité auprès des Maliens. Que la paix règne au Mali et entre les Maliens

Modibo Coulibaly : Mopti a besoin de 5.300 tonnes de céréales et 5.300 tonnes d’aliments bétail. Et finie l’insécurité. Mais nous pouvons toujours aller dans les sens des recommandations de nos maîtres à penser jusqu’à ce que nous soyons rattrapés par la réalité.

Sekou Sallah Maiga : Je pense que le Premier ministre Boubou Cissé veut aider sa région de provenance qu’est Mopti et il a raison. Le nord du pays Tombouctou, Gao et Kidal ont connu la même crise, mais on n’a jamais vu autant de mobilisation du gouvernement pour appuyer ces régions-là. Qu’on le veuille ou pas, il y’a une très mauvaise gouvernance au Mali. Il n’y a pas une région supérieure à une autre région ou une race supérieure à l’autre. On doit réviser notre manière de gouverner et essayer de valoriser au même pied d’égalité chaque Malien où qu’il soit du Nord, du Sud, de l’Est ou Centre.

Enfin ces aides que le gouvernement veut amener à Mopti et Ségou, je vous rassure que les populations du Nord (Tombouctou, Gao et Kidal) en ont besoin aussi puisqu’elles aussi vivent la même situation. Des villages sont attaqués chaque jour, mais on n’en parle pas. Mais de grâce nos valeurs fondamentales sont un peuple, un but, une foi. Vive un Mali prospère.

Aro Guéno Gouro : J’ai été de ceux qui sont allés vous accueillir aujourd’hui à l’aéroport, mais quant à vos promesses, j’attends de voir pour y croire.

Le PM sortant, lors de sa visite début 2018 nous avait également promis à peu près la même chose. La suite a donné raison à la minorité qui était sceptique.

Sambou Sissoko : En février 2017, quand je faisais le post ci-dessous la situation sécuritaire au Centre n’avait pas encore atteint ce niveau de dégradation. Le Premier ministre Boubou CISSE, accompagné de certains ministres de son gouvernement, est en train de se promener à Mopti encore pour nous divertir. Cette guerre, nous la gagnerons seulement si tous les acteurs impliqués jouent un jeu-franc en ayant comme idéal seulement le Mali…

Boukary Goro : On n’a pas demandé grand-chose, mais la sécurisation des personnes et de leurs biens en cette période de crise et de peur semés par les bandits armés. Je les appelle comme ça , même si on veut nous faire croire que ce sont les djihadistes qui sèment les dégâts!

C’EST AUSSI NOTRE DROIT D’ÊTRE SÉCURISÉ. Vive la jeunesse engagée de DOMNO, main dans la main nous rebondirons. One love!

Source: info-matin.

MaliwebNord-Mali
Simpleclin d’œil aux siens ou véritable volonté de l’Etat d’engager des actions concrètes pour sécuriser et rassurer les populations ? C’est loin de« l’itinérance mémorielle » de l’autre, pas exactement le « cahier d’un retour au pays natal », mais une visite diversement appréciée. Celle que vient de terminer...