Le responsable du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) a  été assassiné, le dimanche 9 septembre dernier, par des inconnus. Salimou Oul M’begui était un officier de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA). Pour le moment, les auteurs de cet acte ne sont pas identifiés. Selon certains responsables de la CMA, « tout porte à croire que c’est un assassinat ciblé ». « Le commandant, ils l’ont tiré à bout portant à l’intérieur de la ville. En visite ordinaire, il a été la cible de ces individus. Il n’avait pas d’escortes avec lui. Il était tout seul dans son véhicule. Dans de telle circonstance, c’est des opérations soigneusement préparées, et les auteurs n’ont pas été identifiés », explique Ilad ag Mohamed, membre de la CMA.

Au mois d’avril dernier, les autorités maliennes avaient annoncé qu’en plus de groupes signataires de laccord d’Alger, les combattants des groupes dissidents devront également être associés au processus. Pour certains acteurs du MOC, ces différentes attaques visent à entraver les opérations et ralentir la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger.

 

MOPTI

Encore des attaques et des victimes

Plus d’une vingtaine de personnes tuées et de nombreuses autres blessées. C’est le bilan des attaques d’hommes armés qui se sont multipliées dans la région de Mopti ces derniers jours. Ces attaques ont visé des populations civiles et l’armée dans différentes localités de la région. Selon la Direction de l’Information et des Relations Publiques de l’Armée (DIRPA), une voiture d’escorte des Famas a sauté sur une mine, le vendredi dernier, à Gourmari, un village situé à une soixantaine de kilomètres d’Hombori. « Un militaire a été tué et plusieurs autres blessés dans cette embuscade », a indiqué la même source.

5 personnes ont été tuées et 3 autres blessés, dans une autre attaque contre des forains, le samedi dernier, dans la commune de Dioungani, cercle de Koro. Toujours dans la même journée du samedi, des hommes armés en tenue « donso » ont mené un assaut contre le village peulh de Komboko dans la commune de Bamba, cercle de Koro. Bilan : plus de dix morts et de nombreux blessés. Rappelons que le week-end dernier, à Dakoussa, localité située dans la commune de Saye, cercle de Mopti une attaque d’hommes armées a fait douze morts. Des témoins rapportent que depuis cette attaque tous les habitants du village se sont réfugiés dans d’autres localités.

 

GAO

Série d’attaques sur les routes

Des cars en provenance de Bamako ont été attaqués, le mardi  11 septembre 2018, entre Gao et Gossi. Deux passagers ont été blessés. Les occupants ont été dépouillés de leurs biens. Selon certains passagers, l’escorte militaire qui les accompagnait les a abandonnés en cours de route.

 

YOROSSO (1)

Des dons pour les sinistrés des inondations

Les sinistrés des inondations de la commune de Koury ont reçu des dons la semaine dernière. Ils sont imposés de vivres, de sucres d’eau de javel et de moustiquaires. Le directeur de la protection civile accompagné de son homologue du développement social, a aussi remis une enveloppe à la famille d’une fillette retrouvée morte des suites des mêmes inondations. Valeur de ces donations: 700.000 F CFA.

 

YOROSSO (2)

3 morts après de fortes pluies

Trois enfants ont perdu la vie, le mardi dernier, suite à l’effondrement d’une maison après de fortes pluies à Koury. Cette année, plusieurs cas d’inondations ont été enregistrés dans la localité. Selon certains, elles dépasseraient celles enregistrées l’année dernière.

 

DIRE

Des dégâts importants après l’inondation

L’inondation a provoqué des dégâts matériels importants dans les quartiers Milyonki et Aziguibougou à Diré dans la région de Tombouctou. La ville a reçu 81 mm de pluie entre le dimanche et le lundi derniers. Le service du développement social est à pied d’œuvre pour porter secours aux sinistrés.

 

KATI

Des cultivateurs victimes d’intoxication alimentaire

Des cultivateurs ont été victimes en début de semaine d’une intoxication alimentaire dans un champ à Diago. Ces paysans tous ressortissants du village de Sebedjana situé à 10 km de la ville avaient consommé du thé et du café mélangés à des comprimés d’excitant pour mieux travailler. Les dix-huit personnes victimes ont été évacuées au centre de santé de référence de Kati.

 

KAYES

Envahissement de criquets pèlerins

Les paysans des villages de Troula, Bouillagui, Bokhoro, dans la commune de Guidimakan Kery Kafo sont confrontés à un envahissement de criquets pèlerins. Devant l’ampleur du phénomène, ils ont tenu informé les autorités communales et le service de la protection des végétaux. Pour le moment, les initiatives prises pour éradiquer ces insectes sont minimes.

 

ALIMENTATION

La faim dans le monde progresse

En 2017, une personne sur neuf dans le monde était soit sous-alimentées, ou en situation de manque chronique de nourriture, selon un nouveau rapport intitulé “l’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2018”, publié mardi par cinq agences des Nations Unies.

“Les données recueillies cette année indiquent une progression de la faim dans le monde. Le nombre de personnes souffrant de la faim est en augmentation depuis trois ans et retrouve son niveau d’il y a 10 ans. En chiffre absolu, le nombre total de personnes sous-alimentées, ou en situation de manque chronique de nourriture, est passé de 804 millions environ en 2016 à près de 821 millions en 2017”, ont précisé dans l’étude l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon ces agences onusiennes, la situation s’aggrave en Amérique du Sud et dans la plupart des régions d’Afrique, et le recul de la sous-alimentation, qui caractérisait l’Asie jusqu’à une période récente, semble considérablement ralentir dans cette région

L’Aube

MaliwebNord-MaliKAYES
Le responsable du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) a  été assassiné, le dimanche 9 septembre dernier, par des inconnus. Salimou Oul M’begui était un officier de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA). Pour le moment, les auteurs de cet acte ne sont pas identifiés. Selon certains responsables de la CMA, « tout porte à croire que c’est un assassinat ciblé ». «...