Hassan Kacimi, directeur en charge de la migration au ministère de l’Intérieur a livré ce dimanche 6 janvier des détails troublants sur l’affaire des migrants arabes qui ont été refoulés d’Algérie.

« Nous assistons depuis cinq mois à des mouvements très suspects au niveau des frontières sud de l’Algérie, avec le Mali et le Niger. Nous avons intercepté des syriens qui étaient une cinquantaine au début. La manière avec laquelle ils sont en train d’arriver en Algérie ressemble aux pratiques de la guérilla. Ils arrivent par des groupes de cinq pour passer inaperçus et pour essayer de s’infiltrer sur le territoire national en contournant tous les dispositifs de contrôle mis en place », a déclaré Hassan Kacimi, invité de TSA Direct.

Les interrogatoires des Syriens, entrés clandestinement en Algérie à partir du Niger et du Mali, ont, selon lui, révélé des informations compromettantes.

« Il ne s’agit pas de migrants ni de personnes en quête de protection internationale. Ils viennent d’Alep. Nous avons trouvé dans leur WhatsApp des échanges de communication avec un général major de l’Armée syrienne libre (ASL) qui leur ordonnait de prendre contact avec les membres de la communauté syrienne en Algérie. C’était leur mission en attendant d’aller vers d’autres scénarios qui pouvaient être nuisibles à notre pays. Ce général major encadrait le redéploiement en Algérie de ces djihadistes dont une partie devait aller en Europe. Ce général est impliqué avec d’autres parties dans des opérations subversives. Il y avait parmi les personnes interpellées, 35 militaires dont des officiers et des officiers de rang. Il y a une volonté de déplacer vers l’Algérie des conflits de zones de guerre et de zones de crise. Il y a des enjeux géostratégiques, un rééquilibrage de forces au niveau de certains espaces plus au moins sensibles et stratégiques où il y a beaucoup de minéraux pour lesquels il y a une concurrence féroce pour leur contrôle », a-t-il expliqué.

« Escortés par des groupes armés au Mali »         

M. Kacimi a détaillé le « circuit » suivi par les Syriens avant d’arriver dans le Sahara algérien : « Transportés par avion en Turquie, ils ont été déplacés au Soudan où ils ont eu de faux passeports soudanais. Après, ils ont fait le voyage en Mauritanie par avion. Certains sont passés par l’Égypte. Il ne s’agit pas de personnes en quête de protection internationale. Car, quand on est menacé dans sa vie, on s’arrête dans le premier pays où l’on arrive pour demander cette protection. Demander l’asile n’était pas leur préoccupation. Le statut de réfugié n’était qu’un prétexte pour porter atteinte à notre sécurité et à notre stabilité. Ils avaient un agenda et une feuille de route. Ils se sont déplacés au nord du Mali sous escorte de groupes terroristes. Actuellement, il y a une alliance de sept tendances terroristes qui se sont regroupées sous la bannière d’Ansar Eddine. Ces personnes sont entrées par Ain Khalil, une localité infestée de contrebandiers, au Nord du Mali, sont passées par Timiaouine avant de remonter vers Bordj Badji Mokhtar et Tamanrasset où elles ont été interpellées. Une autre partie est passée par Niamey pour remonter vers Agadez, escortés vers les frontières algériennes par des passeurs armés aussi. Ils ont transité par In Guezzam dans la perspective de rejoindre le nord du pays, et pourquoi pas l’Europe ».

« Plus de 15.000 dollars dans la poche »

Hassan Kacimi s’est interrogé sur la relation qui existe entre les Syriens d’Alep et les groupes terroristes du Mali. « Derrière tout cela, il y a une logistique, une organisation et des moyens financiers. Le dernier de ces gens-là a dépensé plus de 200 millions de centimes. Sur certains, on a retrouvé plus de 15.000 dollars dans la poche. Donc, ces gens-là ne sont pas des migrants. On connait la typologie du migrant, un sans emploi, sans argent et pas de quoi manger. Or, ces gens-là (les Syriens), ont beaucoup d’argent(…) Il y a eu beaucoup de complicité locale dans les capitales par lesquelles ils sont passés », a-t-il accusé.

Pourquoi n’avoir pas jugé les Syriens puisqu’ils sont accusés de « terrorisme » ? « Parce qu’ils ne sont pas arrivés sur le territoire national avec des Kalachnikovs sur les épaules ou avec des Land Rover bourrés d’explosifs. Ils ont utilisé des circuits migratoires et usurpé l’identité de migrant pour passer inaperçus. Des attentats commis dans certains pays l’ont été à travers des circuits migratoires. Ces Syriens ont été jugés à Tamanrasset et condamnés avec interdiction de séjour sur le territoire national. Ils ont fait l’objet de décisions d’expulsion. À titre humanitaire, nous leur avons demandé de choisir une capitale de destination pour partir par avion et de demander l’aide de l’OIM (Organisation internationale pour les migrations). Ils ont refusé. Il s’agit d’agitateurs. Arrivé à Tamanrasset, ils ont commencé à organiser des conférences et à prendre contact avec des chaînes de télés du Moyen-Orient. Ils ont voulu faire pression sur l’Algérie au nom du droit des migrants. Ils voulaient qu’on régularise leur situation », a détaillé le responsable du ministère de l’Intérieur.

« Les réseaux djihadistes contrôlent les routes migratoires au Sahel »

Qu’en est-il des Yéménites et des Palestiniens expulsés aussi ? « Le risque avec les Yéménites est qu’ils transféraient vers notre pays un problème confessionnel plus dangereux, le chiisme. On ne veut pas que les problèmes et les conflits confessionnels de certains pays soient déplacés sur le territoire national. Nous sommes conscients de ce risque et nous voyons les événements arriver. Nous avons pris toutes les mesures. Le volet sécuritaire n’est pas un choix, mais une exigence (…) Nous avons beaucoup de respect pour les Palestiniens que nous soutenons, mais nous ne voulons pas que les conflits de factions soient transférés chez nous aussi. C’est un sujet sensible. Nous ne voulons pas nous interférer dans les affaires internes des Palestiniens », a-t-il répondu.

Selon lui, 150 Syriens, Palestiniens et Yéménites ont été reconduits aux frontières ces derniers temps.  D’après lui, on cherche à déplacer « le chaos et le désordre actuel » en Afrique (Nord du Nigéria, Mali, RD Congo, Burkina Faso, Cameroun) vers l’Algérie également.

« Il y a une volonté manifeste de déstabiliser l’Algérie par plusieurs moyens. Cette déstabilisation est en train de se répandre sous plusieurs formes et dans plusieurs pays. Il n’y a pas que l’Algérie qui est visée. La Tunisie, le Maroc et d’autres États arabes et africains sont visés aussi», a-t-il mis en garde.

Les réseaux djihadistes veulent, selon lui, installer des « cellules dormantes » dans les pays où la stabilité règne, y compris en Europe. « Ces réseaux contrôlent aussi les routes migratoires au Sahel. Cela rapporte beaucoup d’argent, plus que le trafic des armes et de la drogue. La situation dans cette région est explosive avec des frontières poreuses. Tout circule au niveau de ces espaces, le trafic des armes, de drogue, présence de terroristes, des groupuscules armés. L’Algérie se trouve au-devant de ces frontières. Nous devons faire face à tous ces menaces et périls.  », a-t-il ajouté.

 

TSA

SourceTSA

MaliwebNord-Mali
Hassan Kacimi, directeur en charge de la migration au ministère de l’Intérieur a livré ce dimanche 6 janvier des détails troublants sur l’affaire des migrants arabes qui ont été refoulés d’Algérie. « Nous assistons depuis cinq mois à des mouvements très suspects au niveau des frontières sud de l’Algérie, avec le...