Tominian, 8 sept (AMAP) Dans les Communes de Lanfiala et de Timissa, au nord du Cercle de Tominian (Centre) vivre la peur au ventre est devenu le quotidien des communautés, après les multiples attaques dans les villages frontaliers avec le Burkina Faso.

Des centaines de déplacés des deux communes affectées par l’insécuritésont àLanfiala et d’autres àTimissa. En plus de cette insécurité, la Commune de Lanfiala connait plusieurs affrontements, depuis environ un mois, d’après une source locale.

Des chasseurs traditionnels (donzo) qui veulent protéger les populations s’opposent àdes présumés djihadistes qui, d’après une autre source sure, sont retranchés dans les grottes du village de Tasselima, un dans la Commune de Timissa et à Matinani, village de la Commune de Lanfiala, frontalier avec le Burkina Faso.

D’après des sources locales, la présence des hommes armés dans les grottes de Tasselima, qui sont le prolongement des falaises de Bandiagara dans la région de Mopti, a étéconstatée par les communautés frontalières qui auraient donnél’information aux autorités du pays.

Les récentes attaques entre assaillants et dozons ont conduit ces derniersàun repli stratégique au cours duquel ils auraient enregistrétrois morts dans leurs rangs et perdu des dizaines de motos. Deux autres engins auraient étébrûlés.

Côté assaillants,  il y aurait eu des pertes d’hommes sans qu’on puisse en conntaitre le nombre.

Selon les autorités communales, les forces de défense et de sécuritéauraient étésaisies.

 

ST/MD (AMAP)

MaliwebNord-Mali
Tominian, 8 sept (AMAP) Dans les Communes de Lanfiala et de Timissa, au nord du Cercle de Tominian (Centre) vivre la peur au ventre est devenu le quotidien des communautés, après les multiples attaques dans les villages frontaliers avec le Burkina Faso. Des centaines de déplacés des deux communes affectées...