Après le retour du gouverneur de Kidal dans sa circonscription en août dernier, l’installation des autorités intérimaires et la visite du Premier ministre en mars dernier, le processus de paix et de réconciliation enregistre de nouvelles avancées dans cette région septentrionale du pays. Un premier contingent de militaires maliens a, dans le cadre des patrouilles mixtes, ainsi fait son entrée le vendredi dernier à Kidal.

Il s’agit de 17 officiers de commandement qui constitueront, avec les éléments de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et de la Plateforme, l’ossature du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC). C’est une phase cruciale de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger. Car le MOC, tel que défini par ledit accord, participera de manière concrète au renforcement de la confiance attendue entre les Forces armées et de sécurité du Mali, la CMA et la Plateforme. Outre qu’elles favorisent la réconciliation entre les différentes parties tout en contribuant à faire renaître la confiance, les patrouilles mixtes offrent également l’opportunité d’œuvrer ensemble pour l’instauration d’un environnement sécurisé qui permettra le démarrage du processus du DDR (Démobilisation-désarmement-réintégration).
A Kidal, le MOC aura pour objectif ultime d’organiser des patrouilles mixtes. Ce qui permettra d’instaurer la confiance entre les différentes parties impliquées dans le processus de paix mais aussi de rassurer les populations. Pour le gouverneur de Kidal, Sidi Mohamed Ag Ichrach, la présence des éléments des Forces armées et de sécurité du Mali (FAMAs) dans sa région constitue une phase cruciale pour la mise en œuvre de l’accord mais surtout un signal fort du retour de l’État dans cette partie du territoire contrôlée depuis 5 ans par des groupes armés.
Le chef de l’exécutif a précisé que ce premier contingent de 17 militaires est constitué surtout d’officiers de commandement qui contribueront à la mise en place du MOC. «On espère vraiment que cette fois-ci sera la bonne et que toutes les parties prenantes du processus s’impliqueront de façon adéquate pour la réussite de cette étape imminente destinée à favoriser le retour effectif de l’administration dans la région», espère Sidi Mohamed Ag Ichrach.
Le porte-parole de la CMA, Mohamed Ould Mahmoud, estime que l’arrivée de tous les éléments devant participer à la constitution du MOC est un espoir pour la paix dans notre pays mais surtout pour la Région de Kidal. En outre, il a assuré que la CMA reste dans la logique du respect de ses engagements. «Au niveau de la CMA, nous allons nous acquitter de tous nos engagements jusqu’au bout», a assuré Mohamed Ould Mahmoud.
Pour le secrétaire général de la Plateforme, Fahad Ag Mahmaoud, c’est un pas décisif qui vient d’être franchi dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation. «L’arrivée des FAMAs ouvre la voie à la normalisation et au retour dans le giron de la République de cette localité qui échappait au contrôle de l’État depuis 2012. C’est aussi la phase cruciale du processus de mise en œuvre de l’Accord. Dans cet Accord, tout doit revenir sous le contrôle de l’Etat et cela se fera progressivement», a commenté Fahad Ag Mahamoud.
Le communiqué du ministère de la Défense et des Anciens combattants précise que le déploiement des bataillons du MOC de Kidal et de Tombouctou a débuté le 4 mai 2018. «Le déploiement de ces bataillons qui sont composés chacun de 600 éléments dont 200 de chacune des parties à l’Accord se déroulera de façon séquentielle pour permettre la montée en puissance progressive desdits bataillons», indique le communiqué, ajoutant que les premiers éléments des Forces armées maliennes sont arrivés à Kidal le vendredi dernier. L’enregistrement avec ceux de la CMA et de la Plateforme est en cours sous la supervision du représentant de la MINUSMA.

La Rédaction

 

Source: Essor

MaliwebNord-Maliminusma
Après le retour du gouverneur de Kidal dans sa circonscription en août dernier, l’installation des autorités intérimaires et la visite du Premier ministre en mars dernier, le processus de paix et de réconciliation enregistre de nouvelles avancées dans cette région septentrionale du pays. Un premier contingent de militaires maliens...