L’entrée des mouvements armées dans l’équipe gouvernementale de Transition n’aura probablement pas atténué leur raideur dans la mise en œuvre de l’Accord issu du processus d’Alger. Alors que la relecture dudit accord surplombe les recommandations du Dialogue National ainsi que la feuille de route de Transition, le principal mouvement signataire ne veut apparemment rien n’entendre.

Pour la CMA, en effet, une ouverture du gouvernement n’est nullement synonyme de renoncement aux engagements passés avec les autorités maliennes et consignés dans l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Le trio MNLA – HCUA – MAA l’a fait savoir dans un communiqué consécutif à la la formation du gouvernement. Tout en se félicitant de la présence dans l’équipe de Transition de représentants de toutes les parties signataires de l’Accord, il a insisté sur son application intégrale qui a toujours été une équation insoluble pour le régime défunt. Autant dire que la transition militaire risque d’être confrontée au même obstacle ayant contribué quelque part au départ d’IBK.

La Rédaction

Source: Le Témoin- Mali

MaliwebMaliweb Malijet MaliactuNord-Mali
L’entrée des mouvements armées dans l’équipe gouvernementale de Transition n’aura probablement pas atténué leur raideur dans la mise en œuvre de l’Accord issu du processus d’Alger. Alors que la relecture dudit accord surplombe les recommandations du Dialogue National ainsi que la feuille de route de Transition, le principal mouvement...