Un nouvel affrontement est-il évitable entre l’armée malienne et les mouvements séparatistes ? Rien n’est moins sûr, au regard d’une flambée de la méfiance consécutive au ras-le-bol exprimé par la Cedeao. Cette organisation serait même disposée à lancer un assaut sur Kidal que les chefs de l’Etat de la sous-région présentent comme une arrière-base de terroristes. La méfiance s’est davantage accrue avec les propos du président IBK, qui en a pris du poil de la boite au point de s’inscrire dans une logique de relecture de l’Accord pour la paix et la réconciliation. De quoi mettre sur pied de guerre la CMA ? De source bien introduite, en tout cas, ce mouvement a procédé récemment à un rappel de tous ses éléments déployés dans le cadre des MOC comme pour se préparer à une éventuelle réplique. Et ce n’est pas le décret présidentiel sit les modalités et critères d’attribution de grades aux intégrés qui semble arrêter le rappel des troupes.

El Saharaoui règne sans partage sur Gao

Peu d’observateurs parlent du retour fracassant des anciens djihadistes à leurs anciennes positions. En effet, leur chape de plomb se reconstitue lentement mais sûrement à travers les mêmes acteurs et aux mêmes endroits. Libéré récemment dans le cadre d’échanges de prisonniers, l’ancien chef de la police islamiste à Gao, Aliou Touré, n’est pas si loin de la Cité des Askia. Il y a rejoint un autre habitué des lieux, en l’occurrence El Sahraoui qui règne actuellement en maître absolu à Gao, à l’exception de zones sédentaires. Il nous revient de bonne source que dans un rayon de 15 Kilomètres, un peu partout, ni l’armée, ni les mouvements armés et les forces étrangères n’osent s’aventurer. Il en résultant une accommodation des populations aux lois de djihadistes qui, sous l’égide d’El Sahroui, perçoivent des impôts per capita dans des proportions assez conséquentes pour entretenir leur redoutable armée. Ce n’est pas tout. De nombreux éleveurs sont en outre contraints au paiement de la zaqat par tête, ainsi qu’à des restrictions comme la consommation de tabac. La plupart des citoyens choisissent la résignation mais d’aucuns choisissent de s’y soustraire par l’exil après le bradage de leurs biens bien sûr.

Que réserve congrès d’Agabass Hcua

Le président du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad sera sous les projecteurs, dans une dizaine de jours. C’est en effet dans le cadre du congrès de cette organisation membre de la Coordination des Mouvements de l’Azawad, dont il préside aux destinées. L’ancien député de Kidal est en plein dans les préparatifs de ses assises et les cartes d’invitation sont déjà parvenues à certains des nombreux officiels et notabilités attendus pour l’événement. Les participants seront principalement de la localité et des tribus voisines, mais la crème des invités de marque partiront de la capitale. Et rien n’est négligé pour les y accueillir, à commencer par l’accès à Kidal pour lequel la Minusma se chargera d’assurer le transport par voie aérienne. Nul doute par ailleurs que les assises seront sanctionnées par la réélection du président sortant, Algabass Ag Intalla. Dont on ignore en revanche ce qu’il réserve comme adresse au regard du contexte marqué par les accusations du président nigérien contre sa personne ainsi que par les velléités de Bamako de retoucher l’Accord.

La Rédaction

Source: Le Témoin

MaliwebmaliwebNord-Mali
Un nouvel affrontement est-il évitable entre l’armée malienne et les mouvements séparatistes ? Rien n’est moins sûr, au regard d’une flambée de la méfiance consécutive au ras-le-bol exprimé par la Cedeao. Cette organisation serait même disposée à lancer un assaut sur Kidal que les chefs de l’Etat de la...