Le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé mercredi de prolonger d’un an la mission de paix Minusma au Mali, sans soutien aérien français comme dans le passé, ce qui pourrait pousser des pays européens à quitter cette force internationale d’environ 15.000 militaires et policiers.

“C’est un risque”, convient un diplomate sous couvert d’anonymat, en allusion au maintien de l’engagement de l’Allemagne ou du Royaume-Uni dans cette opération créée en 2013, devenue aujourd’hui la plus meurtrière des missions de l’ONU pour les Casques bleus. Une résolution sur le prolongement de la Minusma jusqu’au 30 juin 2023, rédigée par la France, a été adoptée par 13 voix sur 15, la Russie et la Chine s’abstenant. Elle prévoit un maintien des effectifs actuels – 13.289 militaires et 1.920 policiers -, et réclame aux Casques bleus de soutenir l’application de l’Accord de paix de 2015, une transition politique, le retour de l’autorité étatique dans le centre, la protection des civils et des droits humains. Un rapport est demandé au secrétaire général de l’ONU pour janvier afin d’adapter éventuellement le format de la Minusma et étudier l’évolution de ses relations avec la junte militaire au pouvoir. Début juin, Bamako avait affirmé qu’il n’était pas question, alors que l’armée française est en train de se retirer du Mali, de laisser Paris continuer à agir sur son territoire avec ses avions basés au Tchad. Le Mali refuse que des forces étrangères partent par la porte et reviennent par la fenêtre, avait alors fait valoir au Conseil de sécurité le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop. Lundi, il a réaffirmé devant des médias qu’un soutien aérien français aux Casques bleus représentait “une ligne rouge”. Prenant acte de cette position, Paris a retiré de son projet de résolution initial toute mention relative au maintien d’un soutien aérien français.

 

AFP

MaliwebMali actumaliactuNord-Mali
Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé mercredi de prolonger d'un an la mission de paix Minusma au Mali, sans soutien aérien français comme dans le passé, ce qui pourrait pousser des pays européens à quitter cette force internationale d'environ 15.000 militaires et policiers. 'C'est un risque', convient un...