arabes maliens kidal tombouctou gao

ALCARAMA rejette cette convergence inopportune et ne lui reconnait aucune légitimité à parler au nom de la Communauté Arabe du Mali qui est par essence contre le terrorisme et le trafic de drogue.

Le bureau de ALCARAMA (Alliance de la Communauté Arabe du Mali) a été surpris et indigné, au même titre que toute la communauté arabe tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Mali, de la création d’une nouvelle organisation dite  »Convergence des mouvements et associations arabes pour l’unité et le développement de l’Azawad » à Nouakchott le 6 avril 2013.

ALCARAMA attire l’attention de l’opinion nationale et internationale que le bureau désigné par ce conclave clandestin de Nouakchott ne peut en aucun cas se substituer au bureau légitimement élu au congrès des arabes à N’béikit Lahwach (République Islamique de Mauritanie) les 3,4 et 5 juin 2012.
ALCARAMA, depuis sa création, a dénoncé et combattu les mouvements armés sans distinction : MNLA, AQMI, MUJAO, ANSARDINE et les réseaux mafieux de la drogue et du trafic d’otages. Notre communauté dont le patriotisme est un sacerdoce a subi les affres de l’occupation et de l’exil aux cotés de toutes les communautés sœurs du Nord, en préservant les liens séculaires de fraternité avec les autres communautés du Mali.
ALCARAMA, partie prenante de toutes les initiatives nationales pour faciliter le dialogue social et le vivre ensemble, entend poursuivre ses activités pour contribuer à l’unité et à la cohésion nationale et sollicite un soutien sans réserves de tous ses partenaires.

ALCARAMA a pris soin de consulter les notabilités, les chefs de tribus et de fractions arabes tant au Mali, en Algérie, au Niger et dans les camps de refugiés de Mberra et de Fassala en Mauritanie. La Communauté Arabe, pour des raisons d’éthique évidentes, récuse cette union contre nature décrétée par des personnes connues de tous les maliens et de la Communauté internationale.

A la veille des assises de réconciliation nationale entre maliens, ALCARAMA informe le gouvernement malien et l’opinion internationale qu’elle désignera en étroite collaboration avec les chefs de tribus et fractions, les élus de la communauté arabe et les cadres de la société civile des personnalités crédibles, intègres et suffisamment représentatives qui seront en mesure de parler au nom de la communauté arabe du Mali.

ALCARAMA rejette cette convergence inopportune et ne lui reconnait aucune légitimité à parler au nom de la Communauté Arabe du Mali qui est par essence contre le terrorisme et le trafic de drogue.

Le bureau de ALCARAMA en accord avec les notabilités, les chefs de tribus et de fractions arabes DECIDE :

1- La suspension des Sieurs Mohamed Mahmoud El Oumrany, Baba Sidi El Wafi respectivement Président et Vice président qui en conséquence ne sont plus mandatés à parler au nom de l’Alliance de la Communauté Arabe du Mali (ALCARAMA) ;

2- La désignation de Monsieur Tahar Ould Elhadj, Maire de la Commune de Salam, pour assurer l’intérim de la présidence d’ALCARAMA.

VIVE LE MALI REPUBLICAIN, LAIC, UN ET INDIVISIBLE.

Bamako, le 8 avril 2013.

Pour le Bureau National,
Le Secrétaire Général

Mohamed Ould Mahmoud dit MADO