Un cadre de concertation des cadres du Cercle de Goundam, initié par le préfet, Mamadou Konaté, a regroupé, en début de semaine, à la mairie de la ville, près d’une centaine de participants autour des problèmes de développement du Cercle, les défits, difficultés, mais aussi des propositions de solution et de contributions, a constaté l’AMAP.

A l’ouverture de ces travaux, avec des chefs de services techniques, maires, représentants de la Société civile, chefs des forces armées et de sécurité, représentants des groupes armés, entre autres, le 1er adjoint du maire de la Commune urbaine de Goundam, Mahamoudou Sall, a salué l’initiative car, selon lui, “ce cadre permet de discuter et de trouver des solutions idoines aux questions de développement du Cercle”.

Le préfet a entame son intervention en situant le contexte de la rencontre et ses attentes. Il a évoqué la perte brutale d’un grand cadre du Cercle, le maire de M’bouna, Aboubacrine Amirou Traoré. Après une projection de cinq minutes sur un pan de la vie de l’illustre disparu, le préfet a fait observer une minute de silence.

Il a, aussi, informé les responsables de la présence à Goundam du juge de Paix à compétence étendue, Seyba Lamine Koné, qui a été, aussitôt, présenté aux participants. “Malgré le contexte d’insécurité, il est venu prendre contact avec la population, après sept ans d’absence d’un juge”, s’est félicité le préfet.

Quant au juge Koné, il a exprimé toute sa joie et satisfaction. Il a donné toutes les raisons de sa présence à Goundam pour ce premier temps, Il s’est réjoui de son accueil qui augure de très bonnes perspectives. Il a “invité les citoyens à avoir confiance et à collaborer avec leur justice”.

Il a indiqué qu’il reste encore basé à Tombouctou aen attendant de régler des problèmes pour son installation à Goundam, entre autres, l’inexistence de Maison d’arrêt, le manque de personnels d’appui, un logement très isolé à sécuriser. Il pense qu’en 2020, il s’installera, définitivement, à Goundam.

Le préfet Konaté a poursuivi en faisant le point sur les différentes tâches, l’inauguration de deux Centres de santé communautaire (CSCOM) sur fonds propres et grâce à l’accompagnement de partenaires. Il a remercié, également, les partenaires, les projets de développement dans le cercle, pour la réalisation de forrages et points d’eau, “malgré le contexte d’insécurité très difficile”.

Il a évoqué la tenue du Forum de Goundam qui a beaucoup contribué à la réduction de l’insécurité et a félicité les populations pour les résultats. Il a remercié et félicité tous les acteurs du développement qui ont, par leur engagement, réduit considérable la consommation de stupéfiants des jeunes. Selon lui, malgré tout, des problèmes demeurent et chacun doit se sentir concerné, car ces enfants sont les cadres de demain.

Le préfet Konaté a parlé de la bonne organisation du dialogue National inclusif aux niveaux communal, cercle et région. Il a précisé que les recommandations qui en sont sorties ont été appréciées. Il a demandé que chacun des participants soit le porte-parole de l’État pour expliquer le motif de l’État d’urgence instauré jusqu’en octobre 2020.

Le préfet a attiré l’attention des participants sur le déroulement de la révisions des listes électorales, tout en déplorant “la timidité de l’activité”. Il a invité les maires et autres responsables à s’impliquer, à travers la sensibilisation pour un meilleur résultat. Il a parlé des problèmes et difficultés constatés dans les activités de l’état civil et a invité les acteurs à plus de dynamisme.

Toujours, selon le préfet, le Mois de la solidarité se poursuit, à travers un programme destiné à des cibles déjà identifiées. “La campagne agricole 2020 a comblé toutes les attentes, avec une très bonne récolte”, a dit M. Konaté qui reste, cependant, inquiet devant le problème de bradage des récoltes. Il a invité les ONG à solutionner cette saignée, à travers la mise en place de coopératives afin que les stocks restent sur place et pour être revendus, plus tard aux populations.

Des conflits, notamment à Échelle, avaient opposé des communautés, pour laquelle, le préfet a salué la clairvoyance des jeunes qui, après un dialogue, ont mis fin aux affrontements.

Il a relevé les efforts en cours pour l’ouverture des Écoles classiques dans les zones occupées par les groupes armés. Il a indiqué que toutes les aires de Santé, à travers le Cercle de Goundam, sont fonctionnelles mais a deplore le retrait de certaines ONG, notamment la Croix Rouge Suisse.

Tous les chenaux d’alimentation des lacs Télé, Takara, jusqu’au lac Faguibine sont obtrués, annonçant , déjà, de graves conséquences sur la prochaine campagne.

Enfin, le préfet a exorté les populations au paiement des taxes et impôts pour soutenir les efforts de développement du Cercle.

Au cours des débats, les participants ont noté l’importance et la place d’un chef de village dont ils ont demandé la redynamisation des roleset la fonction. Les participants ont, tous, salué l’initiative, car, selon eux, “c’est à travers ces rencontres que des solutions aux problèmes sont souvent trouvées”.

AAT/MD

Source: AMAP

MaliwebNord-Mali
Un cadre de concertation des cadres du Cercle de Goundam, initié par le préfet, Mamadou Konaté, a regroupé, en début de semaine, à la mairie de la ville, près d’une centaine de participants autour des problèmes de développement du Cercle, les défits, difficultés, mais aussi des propositions de solution...