Dans la vallée d'Amettetaï, le 5 mars. | Sylvain Cherkaoui/Cosmos pour Le Monde.

Dans la vallée d’Amettetaï, le 5 mars. | Sylvain Cherkaoui/Cosmos pour Le Monde.

C’est le grand légionnaire avec un accent de l’est qui est le premier à tenter le coup: arracher une brassée d’oignons dans le potager d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et mordre à belles dents dans les tiges vertes, avant d’éclater de rire. Les tomates, trop vertes, seront pour plus tard. Personne ne sait quoi faire des betteraves. Restent les oignons. Ce n’est pas que ce soit bon. Ce n’est pas que soit immense la tentation de manger des légumes plantés par les hommes morts ou en fuite qui étaient bien décidés à tuer jusqu’aux derniers les soldats français mettant les pieds dans cette zone de la vallée de l’Amettetaï, leur citadelle des roches.

Mais les soldats ont une raison de se réjouir : ils sont en train de terminer la conquête de la vallée où était concentré un dispositif majeur d’AQMI dans le nord du Mali, dans la vaste zone de l’Adrar des Ifoghas. Les hommes sont rincés, leurs lèvres sont gercées, leurs nez pèlent, ils ne se sont pas lavés depuis des jours, mais l’air de la victoire leur donne des envies de fantaisie, et même d’oignons.

 

SANCTUAIRE

Dans la première phase de l’opération Serval, les soldats ont été sur les pistes, à avaler de la poussière. L’avancée des premières semaines a permis de prendre Gao, Tombouctou, Kidal et Tessalit. Puis la guerre a donné l’impression de s’éloigner. Elle ne faisait que se déplacer vers le nord, pour entrer dans une phase différente, celle de la confrontation directe avec AQMI. L’armée malienne, à ce stade, est restée le long d’une ligne qui suit à peu près le cours du fleuve Niger. Ici, dans le nord, c’est avec l’armée tchadienne que se mènent les opérations et dans ce recoin de l’Adrar des Ifoghas, ils viennent d’entrer dans un sanctuaire d’AQMI.

 

Dans la vallée d'Amettetaï, le 5 mars.

 

Pour une armée conventionnelle, le paysage de cette région, vu de loin, est aussi séduisant qu’un coup de baïonnette dans le dos. De près, c’est pire encore. Entouré par des plaines qui dérivent vers le désert, l’adrar de Tigharghâr, à l’ouest du massif des Ifoghas, ressemble au résultat d’une grande colère géologique échouée sur le sable, avec son relief tourmenté d’éboulis, de pitons, d’amas de pierres volcaniques noires et coupantes, truffées d’anfractuosités.

En bas, l’oued, couloir de passage de la vallée de l’Amettetaï, traverse l’adrar d’est en ouest, bordé d’arbres qui permettent de déjouer la plupart des moyens de détection à distance. Un endroit parfait pour une guerre à mauvaises surprises. Au pied de ce paradis de l’embuscade, il y a le bien le plus précieux qui soit, pour qui veut s’y retrancher : l’eau.

CITADELLE

Les responsables d’AQMI ont passé des années à organiser cette géographie parfaite en citadelle. Mais la citadelle vient de tomber. Dans cette zone, un groupe de combattants d’AQMI a été touché la semaine précédente par des frappes françaises qui ont permis de « détruire », conformément aux vœux du président français, François Hollande, un groupe dirigé par Abou Zeid. Le corps de ce dernier, l’homme qui détient les otages français enlevés à Arlit, au Niger, est en cours d’identification. Mais les dommages subis par le groupe qu’il commandait sont nets. Alors qu’une grande partie du Tigharghâr a été prise, des interceptions de communications montrent que les rebelles qui sont encore en mesure de communiquer s’encouragent à « fuir à dos de chameau ».

 

Dans la vallée d'Amettetaï, le 5 mars.

 

La guerre au Mali n’a pas pris fin, mais à Amettetaï, elle vient de connaître un renversement majeur. C’est la première fois que les forces françaises et leurs alliés tchadiens ont affronté, au sol, des combattants qui, depuis le début de la phase terrestre, dans la foulée des frappes aériennes entamées le 11 janvier, ont vu à chaque fois les hommes d’AQMI fuir l’affrontement direct. A Tombouctou, à Gao, ou à Kidal, AQMI et ses alliés des groupes rebelles islamistes avaient déjà quitté les lieux dans la précipitation, surpris sans doute par la vitesse de l’avancée française à travers l’espace immense du Mali.

« ON LES EMPIERRE »

Ici, à 1 700 kilomètres de Bamako, ils n’ont pu éviter la bataille. Il y a encore des hommes d’AQMI cachés dans ce décor brutal. Mercredi 6mars, un petit groupe s’est rendu, encouragé par des messages diffusés par haut-parleur. Le raisonnement était simple. Ils étaient condamnés à mourir, de faim ou de soif. Les jours précédents, les soldats français ont retrouvé des cadavres de blessés. L’un avait encore une perfusion dans le bras, signe que ses camarades avaient tenté de le soigner avant de l’abandonner à son agonie. « A chaque fois, on les enterre, ou disons, on les empierre », témoigne un officier, le visage raviné par la sueur.

Dans certaines caches, les soldats français ont trouvé des armes chargées. Leurs propriétaires avaient choisi de fuir en évitant de ressembler à des combattants. Il n’est pas possible de s’extraire facilement du Tigharghâr à bord d’un véhicule. Le 3mars, dans une vallée voisine, quatorze personnes ont essayé de quitter la zone à bord de pick-up. Ces derniers ont été détruits par des tirs d’hélicoptères.

 

Devant une cache de djihadistes.

 

Certains éléments d’AQMI attendent l’occasion du coup de feu de la fin contre les éléments français, légionnaires et parachutistes, qui continuent de passer les massifs au crible « quasiment rocher par rocher », selon un capitaine de la Légion. Alors, au bord de l’oued, ou dans les massifs, les soldats avancent avec mille précautions. Il est arrivé qu’un combattant d’AQMI surgisse à quelques mètres et ouvre le feu.

Quelques jours plus tôt, près d’un autre piton, un petit groupe de soldats a passé la nuit à dix mètres du cadavre d’un combattant d’AQMI. A l’aube, le cadavre a bougé légèrement, et un autre combattant, bien en vie, a surgi au-dessus de son camarade mort, après avoir passé la nuit sous son corps, vidant ses chargeurs presque à bout portant en direction des Français. Il a été tué sans avoir le temps d’occasionner de pertes sérieuses à son ennemi.

« IL RESTE LES BASSES-COURS »

Pour AQMI, le bilan de la manœuvre pour prendre la vallée est lourd: deux morts français, vingt-cinq Tchadiens, et plus d’une centaine confirmée du côté du mouvement islamiste.
L’organisation d’AQMI autour de la vallée se lit à présent comme le résultat d’une surprise qui se serait retournée contre ses auteurs. Le long des berges de l’oued, des positions ont été enfouies dans le sol, sous les arbres. Les pick-up avaient été enterrés dans des voies de garage plongeant dans la terre, creusées au bulldozer, et recouvertes de grandes bâches couleur sable, le tout sous les arbres. Indiscernables depuis le ciel. Autour, des caches souterraines font office de bunker. Creusées à quelques mètres de profondeur, elles devaient permettre aux combattants de se dissimuler au moindre bruit d’avion ou de drone. Chacune de ces caches pouvaient accueillir une demi-douzaine de personnes, parfois plus. Environ trois cents combattants devaient être basés dans les environs. Près de la moitié ont été tués. Les autres, même s’ils ont réussi à fuir, ont perdu la plate-forme logistique et militaire d’Amettetaï.

Ce n’est pas encore la fin de la guerre. Ailleurs dans le pays, il reste des régions dans lesquelles sont regroupés des combattants d’AQMI et de ses alliés. Un autre Amettetaï se dissimule-t-il quelque part ? Le général Barrera, qui commande les troupes de Serval au sol, ne le croit pas: « Ici, c’était le donjon. Voilà, on a cassé le donjon. Il reste les basses-cours. » Le général précise: « C’est une petite armée qu’ont combattue les forces françaises. » Il avait pris le plus grand soin à équiper les troupes françaises entrant dans la vaste zone de l’adrar des Ifoghas de tous les moyens d’appui dont elles ont besoin, de l’artillerie aux moyens aériens.

 

Des soldats découvrent une cache de djihadistes.

 

Le dispositif d’AQMI reposait sur un grand nombre de combattants étrangers, et de quelques auxiliaires locaux. Dispersés en petites unités à travers la vallée, ils devaient en protéger le cœur, la petite capitale d’AQMI dans la région, servant à la fois de plate-forme logistique, de camp d’entraînement et de stock d’armes.

Il a fallu du temps aux forces françaises pour réaliser le caractère crucial d’Amettetaï pour AQMI. L’existence du sanctuaire était connue. Il était impossible d’en deviner l’importance par des moyens d’observation aériens. C’est lors du premier assaut, vers le 18février, que les troupes françaises ont découvert la taille réelle de leur prise. Les premiers éléments approchaient du cœur de la vallée, lorsqu’is sont tombés sur un « verrou »« On était 47, et soudain on a vu se lever 50 mecs devant nous, ça a engagé dur », témoigne un des membres de cet assaut. Le lendemain, un soldat français est tué. Mais dans la foulée, les responsables d’AQMI allument leurs téléphones satellites pour communiquer, sans doute surpris par l’avancée française, alors que le silence presque absolu régnait sur les ondes des combattants depuis des semaines, ils se mettent à échanger, « et le rens’(renseignement) a commencé à tomber » sur leurs intentions, se réjouit un officier français.

ASSAUT

Décision est alors prise de lancer une opération pour prendre la vallée d’assaut. L’idée d’un parachutage est étudiée. Finalement, un grand mouvement terrestre progressant sur trois axes est retenu. Par l’ouest arrivent les troupes tchadiennes, qui auront des combats durs et des pertes conséquentes, mais n’arrêtent pas, pour autant, leur avancée à travers la vallée. Par l’est attaquent les forces françaises du 3e GTIA (groupement tactique interarmes), composé d’une grande partie de « marsouins » des régiments d’infanterie de marine, et de leurs homologues de l’artillerie de marine, renforcés par les hélicoptères de l’armée de terre, notamment les Tigre et leurs canons meurtriers de 30 mm.

 

Des armes trouvées dans les cachettes des djihadistes.

 

Pendant plusieurs jours, les combats sont durs. « Il faisait 45 à 55 degrés, pas à l’ombre, puisqu’il n’y a pas d’ombre », sourit le colonel Goujon, chef de corps du GTIA3, avant d’ajouter: « On a tous conscience de vivre une opération qui ne ressemble à aucune autre. » Le groupement tactique, au cours des dernières semaines, a été sans cesse en mouvement. Un officier subalterne apprécie: « Je suis depuis dix ans en régiment blindé, c’est la première fois que je suis sur une mission de cette intensité. Depuis Dakar, on n’a presque jamais dormi trois nuits de suite au même endroit.  » Un capitaine saute sur une mine avec son véhicule léger blindé. Le chauffeur est blessé, le capitaine Jean-David (*), du 1er RIMA (régiment d’infanterie de marine) est un peu assourdi, mais voit tomber le verrou au sud de la vallée. Comme d’autres soldats français, il dit spontanément le respect qu’inspire l’ardeur au combat ces combattants. « Ils n’avaient pas peur (…).Ils ont attaqué un 10RC (blindé léger avec un canon de 105mm) à l’arme légère », témoigne un homme. Propos de terrain, propos de guerriers quand le combat a été rude. Témoignage sur l’essence de la bataille sans merci qui s’est livrée à Amettetaï.

Des officiers supérieurs se réjouissent de la « clarté du message politique« , adressé par le président de la République à l’armée française, base de cette opération « recherche et destruction » menée « de manière rustique ». Deux soldats français seulement ont été tués dans le massif. Certains parlent de « miracle », compte tenu de l’intensité des engagements, et de la qualité de la défense d’AQMI. A quelle distance les soldats français ont-ils combattu les « djihadistes », comme on les appelle dans les forces françaises ? Quelques dizaines de mètres, parfois moins.

 

 Des rangers et des armes trouvées dans les cachettes des djihadistes.

 

Certaines positions de tir étaient installées avec trois lignes de défense successives. Une mitrailleuse lourde dans les rochers, puis deux lignes derrière pour l’appuyer.

Le coup décisif de l’attaque est venu du troisième axe, celui du nord. Au cours des derniers jours, les légionnaires et parachutistes du GTIA 4 (groupement tactique interarmes), ont réalisé la manœuvre la plus dure, la plus folle, la plus audacieuse, et la plus déterminante de la guerre en cours pour prendre à revers les positions d’AQMI et de ses alliés.

SECRET

D’abord, dans le plus grand secret, il a fallu transporter les 500 hommes nécessaires à l’opération, essentiellement des légionnaires du 2e REP et des parachutistes du 1er RCP. Puis traverser l’adrar par les lignes de crête, lors d’une marche de cinq à six jours, selon les unités. Le colonel Sébastien, du 1er RCP, a été l’artisan de cette percée avec des hommes chargés comme des mules (40 à 50 kg sur le dos), qui se sont lancés à l’assaut des pitons et des caches naturelles dans lesquelles les combattants d’AQMI ont installé des positions de tirs, que les frappes aériennes ne peuvent anéantir en raison de leur profondeur. Les hommes ont lancé des assauts à la grenade, pénétré dans des réseaux de galeries dans la roche, avec des systèmes de défense élaborés. « Dans une de ces positions, les djihadistes étaient derrière un coude de la galerie et ils nous tiraient dessus par ricochet sur la paroi », témoigne un capitaine. Mais la citadelle est tombée.

*Il a été décidé au sein de l’armée française de présenter ses éléments par leur prénom, pour éviter que des familles puissent faire l’objet de rétorsions ou de menaces en France, sur la base de noms de familles.

Le Monde.fr | 07.03.2013 à 11h20 • Mis à jour le 07.03.2013 à 11h29Par Jean-Philippe Rémy – Vallée d’Amettetaï (Adrar de Tigharghâr, nord du Mali) Envoyé spécial

MaliwebNord-Mali
Dans la vallée d’Amettetaï, le 5 mars. | Sylvain Cherkaoui/Cosmos pour Le Monde. C’est le grand légionnaire avec un accent de l’est qui est le premier à tenter le coup: arracher une brassée d’oignons dans le potager d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et mordre à belles dents dans les tiges vertes, avant d’éclater de rire. Les tomates, trop...