En plus de l’insécurité et des affrontements intercommunautaires, la Cité des Askia est frappée de plein fouet par une cherté de la vie. D’abord imputable à l’affluence démographique due à l’exploitation aurifère porteuse d’inflation, le phénomène s’est dangereusement aggravé avec l’embargo que la Cedeao a infligé au pays, en réponse au coup d’Etat militaire du 18 Août dernier.

Mais pas seulement. Aux incidences des sanctions sous-régionales sur l’approvisionnement de la 7 ème région s’ajoute une économie régionale qui subit de plein fouet les effets de la suspension de nombreux projets par les partenaires occidentaux, lesquels assurent la plupart des services sociaux de base et soutiennent l’essentiel des activités génératrices de revenus. A une cherté de la vie induite aux distorsions de l’offre se greffe ainsi une consommation régionale fortement affectée par une baisse drastique du pouvoir d’achat causée par la cessation des activités de plus en plus insupportable. A un point tel qu’à la misère de la capitale pourrait en rajouter une forte vague de déplacés de Gao vers Bamako si les effets du coup d’Etat se prolongeaient.

Source: La Sentinelle

MaliwebNord-Mali
En plus de l’insécurité et des affrontements intercommunautaires, la Cité des Askia est frappée de plein fouet par une cherté de la vie. D’abord imputable à l’affluence démographique due à l’exploitation aurifère porteuse d’inflation, le phénomène s’est dangereusement aggravé avec l’embargo que la Cedeao a infligé au pays, en...