Ouagadougou, 16 septembre (AMAP) Le sommet extraordinaire de Ouagadougou, au Burkina Faso, a adopté, samedi, un plan d’action prioritaire sur la période 2020-2024 comportant, notamment, la mutualisation des efforts et la coordination de l’initiative de lutte contre le terrorisme.

Les chefs d’Etat de la sous-région ouest africaine ont décidé de mobiliser 500 milliards de Fcfa pour faire face à l’expansion du péril terroriste. Après la rencontre du G5 Sahel, vendred,i sur l’énergie, les chefs d’Etat,dont le président malien, Ibrahim Boubacar Kéita, ont pris part, samed,i au sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) élargi au Tchad et à la Mauritanie sur la lutte contre le terrorisme.

A l’issue des travaux à huis clos, les chefs d’Etat ont, dans leurs résolutions, réaffirmé leur  attachement à la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la région. Ils ont condamné les attaques terroristes et les violences intercommunautaires dans la région, tout en saluant les efforts consentis par les Etats au niveau régional visant à stabiliser la situation sécuritaire dans la CEDEAO. La Conférence s’est dite préoccupée par l’expansion des attaques terroristes dans la région, affirmant l’impérieuse nécessité pour la CEDEAO d’assurer le leadership de la lutte contre le terrorisme et de coordonner les multiples initiatives multinationales dans ce sens en Afrique de l’Ouest.

Cette rencontre fait suite aux conclusions du sommet de la CEDEAO, tenu à Abuja le 29 juin dernier, au terme duquel les chefs d’Etat ont décidé de se réfléchir sur une approche concertée, afin de mieux affronter les menaces sécuritaires en Afrique de l’Ouest et au-delà.

Aussitôt arrivé à Ouagadougou, vendredi, Ibrahim Boubacar Keita a confié à la presse que la sécurité, aujourd’hui, devient « la question essentielle qui préoccupe tous nos États ». Ce n’est plus confiné dans le seul espace du Sahel car « nos pays, même de la côte n’ont pas été épargnés », a souligné le chef de l’Etat, estimant que c’est ce qui, en fait, une question d’intérêt général partagée par tout l’espace CEDEAO,. « Nous allons harmoniser nos vues et avancer encore dans la mutualisation que nous avons déjà commencée au niveau du G5 Sahel. Aucun de nous, tout seul, ne peut prétendre résoudre cette question qui va au-delà des frontières. C’est une mission très importante à laquelle nous sommes conviés et je ne doute pas une seconde que nous y arriverons », a indiqué le chef de l’Etat malien.

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, en procédant à l’ouverture de la rencontre, a confirmé que les menaces directes ou indirectes transcendent les frontières, ajoutant que désormais, aucun pays n’est à l’abri d’attaques terroristes. « L’escalade de la violence et l’insécurité ont déclenché une crise humanitaire sans précèdent faisant plusieurs millions de déplacés internes, de nombreuses victimes militaires et civiles, des écoles et infrastructures de santé fermées et des symboles de l’Etat détruits », a déploré le président burkinabé. Il a ajouté que le constat, après les attaques terroristes au Burkina Faso, au Mali, au Niger, au Tchad, en Côte d’ivoire et au Bénin, avec l’enlèvement de deux Français et l’assassinat d’un guide, est que les menaces terroristes étendent leur rayon d’action.

Selon le président Kaboré, la déstabilisation se poursuit à travers l’instrumentalisation des problèmes latents entre les communautés dans presque tout l’ensemble du Sahel. Au regard de la gravité de la situation et de sa complexité, il a estimé que la coopération entre Etats ne se pose plus en termes de devoir de solidarité, mais « bien comme un impératif d’intérêt commun ».

2200 ATTAQUES TERRORISTES – Le président de la Commission de la CEDEAO, Jean Claude Kassi Brou, pour sa part, a rappelé que depuis l’éclatement de la crise libyenne, la Région est confrontée à un fléau d’une ampleur inégalée, à savoir le terrorisme et l’extrémisme violent initialement localisés dans la zone sahélienne. Selon lui, le réseau d’alerte précoce et de réponse de la CEDEAO, estime que plus de 2200 attaques terroristes ont été perpétrées au cours des quatre dernières années, faisant plus de 11500 morts et des milliers de blessés. Ces attaques ont, aussi, entrainé des millions de déplacés et affecté, considérablement, l’activité économique tout en instaurant un climat de peur et de méfiance dans plusieurs régions.

Le président en exercice de la CEDEAO,, le nigérien Issoufou Mahamadou, de son côté, a déploré que la liste des victimes civiles et militaires du crime organisé, dans la Région, continue de s’allonger. D’où la tenue de ce sommet pour débattre de la lutte contre le terrorisme, l’extrémisme et le crime organisé dans la Région où ces questions constituent une triple menace : une menace à la paix et à la sécurité des personnes et des biens, contre les institutions démocratiques et contre le développement économique et social.

« La menace des organisations criminelles et terroristes a pris une dimension stratégique », a alerté le président nigérien, ajoutant qu’elle vise la remise en cause de l’existence de nos Etats dans leurs territoires et formes actuels. C’est pourquoi, Issoufou Mahamadou pense que « l’objectif doit être la sauvegarde de l’intégrité territoriale des Etats, celle des institutions démocratiques et républicaines ainsi que la sécurisation des citoyens et leurs biens ».

GRANDS DÉFIS – Le président de la commission de l’Union africaine (UA) Moussa Faki Mahamat, invité à ce sommet, a souligné que la situation dans la Région sahélo-saharienne est, pour l’organisation continentale et ses Etats membres, l’un des plus grands défis que l’Afrique doit relever dans ses efforts de promotion de la paix et de la sécurité. Selon lui, le terrorisme et l’extrémisme religieux sont venus rompre l’équilibre ancestral qui a prévalu entre les populations dont les relations ont toujours été fondées sur la coexistence pacifique, la tolérance et la modération.

Pour le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas, les pays de la Région donnent ainsi le signal fort de leur union face au fléau de l’extrémisme violent et du terrorisme. Pour lui, ce sommet marque un pas décisif dans le renforcement des liens entre les mécanismes de coopération régionale.

Plusieurs invités spéciaux ont également exprimé leur soutien à la CEDEAO, dans sa lutte contre le terrorisme. Il s’agit, entre autres, du représentant de l’Union européenne (UE) pour le Sahel, Angel Losada, de l’Envoyé spécial de la France pour le Sahel, Christophe Bigot, du ministre des Affaires étrangères du Maroc, Nasser Bourita.

LE CAS KIDAL- La Conférence a réaffirmé le principe du respect de l’intangibilité et de l’intégrité territoriale des Etats. A cet effet, elle a lancé un appel à tous les Etats de ne pas accepter que les terroristes utilisent leurs territoires comme un sanctuaire ou bases de repli, engageant tous les signataires de l’accord d’Alger à se démarquer, sans équivoque, des groupes terroristes.

Elle a apporté son soutien à l’exercice de la souveraineté du Mali sur l’ensemble de son territoire. La Conférence a réaffirmé que la Région de Kidal fait partie intégrante du territoire malien, tout en exigeant le respect scrupuleux des symboles de l’Etat malien, le retour de ses démembrements y compris les Forces armées reconstituées et l’administration dans toute la Région.

La Conférence a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies, en relation avec l’Union africaine, à une résolution urgente de la crise libyenne, véritable foyer d’alimentation du terrorisme au Sahel.

Les chefs d’Etat ont décidé aussi d’adopter un plan d’action prioritaire sur la période 2020-2024 articulé autour de huit axes portant, entre autres, sur la mutualisation des efforts et la coordination de l’initiative de lutte contre le terrorisme, le renforcement des actions menées par la force conjointe du G5 Sahel et par la force multinationale mixte du Bassin du Lac Tchad ainsi que l’initiative d’Accra, le principe d’une implication de la force en attente de la CEDEAO dans la lutte contre le terrorisme, le partage de renseignements au niveau des Etats. La Conférence a exhorté les Etats membres à former, entrainer et équiper de manière adéquate les services étatiques impliqués dans la prévention et la lutte contre le terrorisme.

Les chefs d’Etat ont insisté sur le renforcement de la gestion et du contrôle sécuritaire aux frontières terrestres, aériennes, maritimes et fluviales, la production et l’utilisation de la carte d’identité biométrique de la CEDEAO, afin de concilier le principe de libre circulation des personnes et leurs biens avec les impératifs de sécurité, l’adoption par les Etats d’un cadre juridique pertinent devant faciliter le droit de poursuite ainsi que l’entraide judicaire dans le cadre de la lutte  contre le terrorisme, le renforcement de la sécurité des stocks d’armes et de munitions etc.

La Conférence a décidé de contribuer financièrement et de manière urgente aux efforts communautaires de lutte contre le terrorisme. A cet effet, elle décide de mobiliser 1 milliard de dollar (500 milliards Fcfa), invitant la Mauritanie et le Tchad à se joindre aux initiatives de financement de la CEDEAO en vue d’actions opérationnelles conjointes.

Le président Ibrahim Boubacar Kéita, choisi par ses pairs, a lu la motion de remerciement adressée au président burkinabè et à son gouvernement pour les bonnes conditions de la tenue de ce sommet.

DD/MD (AMAP)

MaliwebNord-Mali
Ouagadougou, 16 septembre (AMAP) Le sommet extraordinaire de Ouagadougou, au Burkina Faso, a adopté, samedi, un plan d’action prioritaire sur la période 2020-2024 comportant, notamment, la mutualisation des efforts et la coordination de l’initiative de lutte contre le terrorisme. Les chefs d’Etat de la sous-région ouest africaine ont décidé de mobiliser...