Des soldats maliens au front dénoncent leurs « misérables » conditions de travail, loin de la propagande de Bamako, selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Alors que l’émotion reste vive 72 heures après la déroute de Tessit, au cours de laquelle au moins 42 éléments des Forces armées maliennes (FAMAs) ont été massacrés par des factions terroristes, une vidéo relayée par le journaliste Français, Gauthier Pasquet, révèle l’ampleur du désastre qui étreint le Mali sous le règne alambiqué de la junte conduite par le Colonel Assimi Goïta.

Dans la vidéo devenue virale, on y entend distinctement un militaire tourner en dérision en langue Malinké, la surenchère propagandiste servie à Bamako par le pouvoir en place.

« Partagez la vidéo ! Nous voulons que Assimi Goïta voie ça. Nous dormons ici et faisons tout ici. Ils disent que l’Armée monte en puissance mais nous ne voyons pourtant rien de tel. Mais, vous refusez qu’on parle de nos conditions de vie », peut-on traduire les propos dépités de l’auteur de cette séquence.

Les pieds dans une épaisse mare d’eau, des installations précaires, des équipements vétustes…voilà le spectacle désolant dont témoigne cette vidéo sur les conditions de vie pénibles des soldats et sur la manipulation noire dont est grossièrement victime l’opinion publique Malienne.

Le président de la transition au Mali, le colonel Assimi Goïta a décrété dans la soirée du mercredi 10 août 2022, un deuil national de 72 heures sur toute l’étendue du territoire national à compter du jeudi 11 août 2022 à 00H00 pour honorer la mémoire des 42 militaires et civils tués dimanche dernier à Tessit lors d’une attaque terroriste contre les unités de l’Armée malienne à Tessit dans le Nord du pays.

Dans un communiqué publié mercredi soir, le porte-parole du Gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga, a fait savoir « qu’une enquête sera ouverte pour faire la lumière sur les circonstances » de l’attaque sanglante en vue de « traquer et traduire ses auteurs et complices devant la justice ».

Par Wakat Séra avec NetAfrique

 

Source: wakatsera

MaliwebMalijetNord-Mali
Des soldats maliens au front dénoncent leurs « misérables » conditions de travail, loin de la propagande de Bamako, selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Alors que l’émotion reste vive 72 heures après la déroute de Tessit, au cours de laquelle au moins 42 éléments des Forces armées maliennes (FAMAs)...