La tenue jeudi de la 42e session du Comité de suivi de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale (CSA) à Kidal, dans le nord du Mali, a été perçue par de nombreux observateurs comme un signe encourageant.

“Au moins pour la journée, Kidal est revenu dans le giron de la République, parce que, non seulement le drapeau national y flotte depuis neuf ans, mais aussi qu’on voyait la photo officielle du président de la transition dans la salle qui a accueilli les travaux”, a confié à Xinhua Hamady Tamba, consultant et chroniqueur politique indépendant à Bamako.

“Kidal attendait cette première réunion du (CSA) depuis 2015. On se rappelle que le report, à la dernière minute, de la session programmée en septembre 2019 a jeté en son temps un froid sur les relations entre la CMA (la Coordination des mouvements de l’Azawad) et Bamako”, a-t-il ajouté.

“Cette réunion marque une grande avancée. Elle est, entre autres, l’occasion de clarifier la situation de la ville”, avait toutefois estimé la CMA à la veille de la rencontre.

La tenue de la 42e session du CSA à Kidal “est un signe d’espoir”, a confié à la presse Ismaël Wagué, ministre de la Réconciliation nationale, à la fin des travaux. “Nous sentons une certaine confiance qui s’est rétablie entre les parties depuis un certain temps”, a également tweeté le chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif.

Cette rencontre a par ailleurs reçu les encouragements du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui s’est adressé aux participants par visioconférence.

Cette session du CSA a abordé des questions comme le processus désarmement-démobilisation-réinsertion (DDR). A ce sujet, le gouvernement a rappelé aux participants que plus de 400 ex-combattants des régions du nord du pays sont présentement en formation pour intégrer le moment venu les forces armées maliennes reconstituées.

Les participants ont aussi abordé le retour des services sociaux de base à Kidal, une ville “plongée dans le noir” où il n’y a ni d’eau potable ni soins de santé. Ils ont aussi salué la volonté des autorités maliennes de transition de faire bouger les lignes en accélérant la mise en œuvre de l’accord de 2015.

“Il y a avec elles un esprit nouveau”, a reconnu le chef de la MINUSMA qui a annoncé que la mission onusienne avait décidé de débloquer un million de dollars pour rétablir le réseau d’eau potable dans la capitale de l’Adrar des Ifoghas.

En 2015, le gouvernement et certains groupes armés du nord du pays ont signé l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale afin de mettre fin à l’insécurité dans le pays suite au coup d’Etat en 2012.

Source: Xinhua

MaliwebNord-Mali
La tenue jeudi de la 42e session du Comité de suivi de l'accord pour la paix et la réconciliation nationale (CSA) à Kidal, dans le nord du Mali, a été perçue par de nombreux observateurs comme un signe encourageant. 'Au moins pour la journée, Kidal est revenu dans le giron...