Après l’annulation de la réunion du comité de suivi de l’application de l’accord de paix, à la demande du gouvernement malien, les ex-rebelles ne décolèrent pas et conditionnent désormais leur participation à la tenue d’une réunion avec le gouvernement. Un casse-tête pour la médiation internationale.

 

Ce qui aurait dû être le signe d’un progrès notable dans l’application de l’accord de paix s’est finalement transformé en obstacle. Pour montrer que le processus de paix avance au Mali, les membres du comité de suivi de l’accord de paix (CSA) avaient pour la première fois prévu de délocaliser leurs travaux mensuels le 17 septembre dans le nord, à Kidal.

Mais à la veille de la rencontre, à laquelle devaient assister le ministre algérien des Affaires étrangères Sabri Boukadoum et son homologue malien Tiébilé Dramé, le gouvernement a demandé d’annuler la rencontre et de la reprogrammer à Bamako. Motif : « des raisons d’État impératives », sans autre précision.

En réaction, la Coordination des mouvements de l’Azawad, ex-rébellion du nord, a annoncé qu’elle ne prendrait part à la réunion de Bamako que si une rencontre urgente avec le gouvernement malien dans un lieu neutre avait lieu.

« Nous ne savons pas avec qui discuter »

« Après l’annulation de la réunion du CSA à Kidal, nous demandons une réunion avec la partie gouvernementale sur un terrain neutre afin qu’on se dise nos vérités et pour décider s’il faut continuer avec cet accord de paix, ou s’il convient de le déclarer caduc », affirme Almou Ag Mohamed, cadre du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA). Et d’ajouter : « Nous constatons aussi les agissements de certains pays médiateurs, qui sortent de leur cadre de neutralité ».

Pour la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), la réunion demandée peut être tenue « en Algérie ou dans un autre État non membre de la Cedeao », et doit avoir lieu avant toute autre rencontre dans le cadre de l’accord de paix. « Le problème est que nous ne savons même pas avec qui discuter. Tantôt c’est le ministre de la Réconciliation nationale, Lassine Bouaré, tantôt le gouvernement nous envoie Tiébilé Dramé, ministre des Affaires étrangères, donc nous avons l’impression d’un désordre total », déplore Sidi Brahim Ould Sidati, président en exercice de la CMA.

SOURCE : JEUNE AFRIQUE
MaliwebNord-MaliPolitique
Après l’annulation de la réunion du comité de suivi de l’application de l’accord de paix, à la demande du gouvernement malien, les ex-rebelles ne décolèrent pas et conditionnent désormais leur participation à la tenue d’une réunion avec le gouvernement. Un casse-tête pour la médiation internationale.   Ce qui aurait dû être...