Toute la ville de Ménaka est sous le choc depuis le meurtre de l’adjudant Moussa Ag Ismaguel, survenu le dimanche 2 juin dernier. Ce jeune gendarme de son état a été tué à bout portant par deux individus armés non identifiés circulant sur une moto. Ce, alors qu’il était assis devant une boutique non loin de son domicile.

48 heures après ce meurtre, les auteurs de cet acte n’ont toujours pas été interpellés. Pourtant, la traque se poursuit activement autour d’eux.

Moussa Ag Ismaguel était très connu à Ménaka. Il a activement collaboré avec plusieurs forces afin de déjouer de nombreux projets d’attaques autour de la ville. Il était très présent aux côtés des forces républicaines, des militaires français ainsi que des combattants des mouvements armés adhérents au processus de paix. Surnommé Moussa Borcha, il est issu de la 20e promotion à Ménaka. Il a été déployé dans plusieurs théâtres d’opération. Il est revenu à Ménaka après l’occupation afin de mieux participer aux efforts de sécurisation et au développement de sa région natale.

Source: L’Aube

MaliwebNord-Mali
Toute la ville de Ménaka est sous le choc depuis le meurtre de l’adjudant Moussa Ag Ismaguel, survenu le dimanche 2 juin dernier. Ce jeune gendarme de son état a été tué à bout portant par deux individus armés non identifiés circulant sur une moto. Ce, alors qu’il était...