Les attentats se multiplient à cinq mois de la présidentielle. Il ne se passe plus guère de jours sans que des attaques djihadistes n’ensanglantent le pays. Deux militaires de la garde nationale ont encore été tués dans la nuit de dimanche à lundi dernier dans la région de Gossi par des individus circulant à moto. Quelques heures plus tôt, une gendarmerie avait aussi été attaquée dans la même région, sans faire de victimes. Au moins quatre civils ont été tués vendredi et samedi dans le nord, trois « terroristes » ont été abattus vendredi à proximité de la frontière avec le Niger, après l’assassinat à son domicile d’un notable. Tous ces événements tragiques interviennent alors même que le G 5 Sahel — cette force militaire multinationale à laquelle participent, avec l’aide de la France, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad — tente de se déployer dans cet immense territoire. «Les djihadistes veulent démontrer que ce déploiement militaire ne sert à rien », analyse un responsable.

L’armée malienne a interdit dans certaines localités du centre et du nord la circulation des motos et des pick-up, véhicules favoris des groupes armés. La parade semble dérisoire face à l’intensité et à l’audace des djihadistes. Le 27 janvier, ils n’avaient pas hésité à attaquer le camp militaire de Soumpi, près de Tombouctou, faisant une quinzaine de morts dans les rangs des soldats. Le lendemain, quatre autres militaires perdaient la vie dans un attentat suicide à Ménaka.

Konna :

Une mine fait des victimes

Au moins quatre civils, revenant d’une foire, ont été tués, le vendredi dernier lorsque leur véhicule a sauté sur une mine, non loin de la localité de Konna. Bilan provisoire : 4 civils tués et au moins 5 blessés. “C’est un véhicule transportant des civils qui venaient d’une foire”, a précisé une source policière locale, accusant “les terroristes d’avoir posé une mine pour tuer”.

“Tous les passagers se dirigeaient vers la localité de Konna quand le véhicule a sauté sur une mine. Le chauffeur a été tué, ainsi qu’un passager et deux passagères”, a ajouté la même source, soulignant qu’il s’agissait d’un “bilan provisoire”.

Le 25 janvier, 26 civils maliens et burkinabè, dont six femmes et quatre enfants, ont péri dans l’explosion d’une mine au passage de leur véhicule, parti de Djibo, au Burkina Faso à destination de la foire hebdomadaire de Boni, dans le centre du Mali.

G5 :

Les chefs d’Etat demandent des sous

Les chefs d’Etat du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), réunis en sommet mardi à Niamey, ont réitéré leur demande à la communauté internationale d’un soutien financier supplémentaire pour leur force militaire conjointe.

“Compte tenu de la pression qu’exerce la crise sécuritaire actuelle dans le Sahel sur les finances publiques des Etats membres, les chefs d’Etat invitent les institutions financières internationales (…) à mettre en place des ressources additionnelles pour y faire face”, affirme le communiqué final du sommet.

La force du G5 Sahel, qui devrait compter 5.000 soldats des cinq pays impliqués d’ici la mi-2018, a pour mission de combattre les groupes jihadistes qui sévissent dans la région sahélienne.

Pour l’heure, l’Union européenne a promis 50 millions d’euros, la France 8 millions (surtout en matériel), chacun des cinq pays fondateurs 10 millions, et l’Arabie saoudite une contribution de 100 millions de dollars. Les Etats-Unis ont quant à eux promis aux cinq pays membres du G5 Sahel une aide bilatérale globale de 60 millions de dollars. Une nouvelle conférence de financement de la force conjointe est prévue le 23 février à Bruxelles.

 Faits divers :

Des arrestations pour viol et pédophilie

Huit hommes suspectés d’agression sexuelle, dont les quatre auteurs présumés du viol collectif d’une jeune fille dont la vidéo a suscité une vague d’émotions, ont été interpellés ces derniers jours.

Une vidéo circulait depuis quelques jours sur les réseaux sociaux où l’on pouvait voir quatre jeunes hommes violer une jeune fille. Les auteurs présumés de cet acte ont été “mis en état d’arrestation”, selon le gouvernement, en identifiant les quatre gardés à vue comme Badra (16 ans), Kagny (18 ans), Kanda (25 ans) et Boubacar (18 ans).

Ils ont été arrêtés mercredi dernier à Bamako, selon un communiqué de la police, tout comme les trois auteurs présumés d’un autre viol survenu le même jour dans le quartier de l’Hippodrome, l’un des plus animés de la capitale. Par ailleurs, un homme de 75 ans a également été interpellé pour “pédophilie sur une fillette de 3 ans”.

Six autres personnes, dont une femme, ayant enregistré et diffusé “une vidéo à caractère pornographique avec chantage” ont elles aussi été arrêtées ces derniers jours, précise la police, qui ajoute que “toutes les personnes arrêtées ont reconnu les faits”.

La diffusion de la vidéo du viol collectif de la jeune fille avait soulevé de nombreuses protestations au Mali, dont celle de l’association malienne des droits de l’homme (AMDH).

Avant l’annonce des autres cas, 13 associations, dont l’AMDH, ont annoncé qu’elles se portaient partie civile dans cette affaire.

Politique :

Des tensions au sein de la majorité ?

Le nouveau Premier Ministre Soumeylou Boubèye Maïga aurait tenté, la semaine dernière, de réunir tous les leaders des partis de la Convention de la Majorité Présidentielle afin d’obtenir leur soutien à la candidature d’IBK pour un second mandat. Cette réunion, aux dires de certains, aurait été boycottée par les grands partis à l’instar du RPM et de l’ADEMA pour vice de forme.

Gao :

Trois bandits arrêtés par les Famas

Trois bandits ont été arrêtés, vendredi dernier, aux environs de 13h par une patrouille des Forces armées malienne sur l’axe Gossi-Gao. Ces bandits sont membre d’un réseau de braqueurs. Ils sont responsables de plusieurs braquages depuis un certain moment sur les usagers de l’axe Douenza-Gao. Ils ont été conduits à Sévaré pour des enquêtes.

Tombouctou :

Un véhicule brulé

Un véhicule de location de l’ONG Nationale Caid-Mali a été brûlé, le jeudi dernier, par des individus armés sur 4 motos. Les occupants de la voiture étaient en mission à Madiakoye dans la région de Tombouctou. Ils ont été retrouvés sains et saufs.

Kayes :

Les travailleurs du barrage en grève illimitée

Les travailleurs du barrage de Gouina sont en grève illimitée depuis le jeudi dernier. Cet arrêt de travail fait suite au licenciement d’un de leur collègue. Les grévistes souhaitent que l’agent soit réintégré.

Bourem :

Recrudescence des vols de véhicule

Malgré les mesures prises par la commission sécuritaire de Bourem, pilotée par le Préfet du Cercle, les enlèvements de véhicule se poursuivent. Un commerçant a été braqué, jeudi dernier, à Tondibi vers 9 heures. Il a été dépouillé de tous ses biens et son véhicule a été emporté par des bandits

Source: L’ Aube

Maliwebmaliweb netNord-MaliKAYES
Les attentats se multiplient à cinq mois de la présidentielle. Il ne se passe plus guère de jours sans que des attaques djihadistes n’ensanglantent le pays. Deux militaires de la garde nationale ont encore été tués dans la nuit de dimanche à lundi dernier dans la région de Gossi...