Dans les environs de Kidal, un véhicule d’Ansar-Dine a sauté sur une mine posée par… Ansar-Dine ! Bilan, deux morts et donc trois terroristes de moins au Mali. Pourvu que ça continue.

explosion attentat kidal

Ce matin, je me suis réveillé avec le sourire grâce à l’un de mes lecteurs, que j’appellerais Hamadi pour préserver sa sécurité. Ce sourire, je vais vous le transmettre à tous, mes compatriotes, en partageant avec vous les informations qu’il m’a communiquées.

Amusé par l’article « 200 morts dans un 4×4 de Barkhane en plein Kidal ! » dénonçant une attaque fictive inventée par Iyad ag Ghaly, que j’avais publié le 21 janvier 2016, Hamadi a pris contact avec moi. Il m’a confié son témoignage, agrémenté de photographies qui lui avaient été envoyées par une de ses relations habitant à proximité de Kidal.

Selon son récit, un 4×4 d’Ansar-Dine a en effet sauté sur sa propre mine, la semaine dernière, tuant deux de ses passagers armés (j’ai décidé de ne transmettre qu’une photographie du véhicule par respect pour mes principes). Quatre longs obus ou roquettes étaient chargés à l’arrière du 4×4, qui se dirigeait vers Kidal quand il a explosé.

Cet événement ne fait que confirmer le principe d’improbabilité des lois mathématiques, qui veut que les coïncidences les plus improbables se produisent justement. Et, sachant que ce sont les terroristes d’Ansar-Dine eux-mêmes qui bombardent Kidal, saccagent le nord du Mali et ses habitants avec ces engins de mort, cela confirme aussi le principe de l’arroseur arrosé.

Ou bien plutôt, du massacreur massacré…

Finalement, il faut savoir admettre lorsqu’on a tort : contrairement à ce que j’avais écrit dans mon dernier article, il semblerait que la bêtise et le ridicule tuent.

Et cela me réjouit quant à ce qui attend Iyad ag Ghaly !

MALIACTUmaliwebNord-Mali
Dans les environs de Kidal, un véhicule d’Ansar-Dine a sauté sur une mine posée par… Ansar-Dine ! Bilan, deux morts et donc trois terroristes de moins au Mali. Pourvu que ça continue. Ce matin, je me suis réveillé avec le sourire grâce à l’un de mes lecteurs, que j’appellerais Hamadi...