Paris dans le piège de Kidal : « Kidal est le nœud gordien qu’il faut trancher »

20/11/2013 12:07

KIDAL TESSALIT TIN ESSAKO TIN ZAOUATENE

L’assassinat des envoyés spéciaux de RFI semble crapuleux. Malgré tout, la France a commis l’erreur de « sous-traiter » la sécurité de ce berceau de l’irrédentisme touareg aux rebelles du MNLA. Et risque d’en payer longtemps le prix. Un cauchemar de sable, de rocaille, de maisons ternes et trapues écrasées par le cagnard : vu de Paris, voilà à quoi ressemble Kidal, ville piège faussement assoupie du Nord-Est malien et berceau de l’irrédentisme touareg. Pas seulement parce que c’est là, en lisière du massif des Ifoghas, que furent enlevés puis assassinés, le 2 novembre, les envoyés spéciaux de Radio France Internationale (RFI) Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Mais aussi parce que l’ancienne puissance coloniale y paie au prix fort, arriérés historiques compris, ses tâtonnements et ses erreurs de jugement, voire ses querelles de chapelle. Bien sûr, la France aura eu, au risque de l’isolement, le courage d’enrayer dès le mois de janvier 2013 la folle méharée des colonnes djihadistes vers Bamako, avant d’affranchir les deux tiers du nord du pays du joug des fanatiques de la charia. « En agissant ainsi, confie un vétéran des traquenards sahéliens, elle a sauvé, au-delà du Mali, toute la sous-région. »

Reste que le régime d’exception réservé à Kidal, foyer de tensions chroniques, obscurcit l’horizon : pourquoi avoir concédé de facto aux combattants supposés laïques du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), de retour par la grâce de l’opération Serval, le contrôle d’une cité indocile dont les avaient chassés leurs ex-alliés islamistes ?

 

Pour prévenir les affrontements qu’aurait déclenchés le retour brutal d’une armée « sudiste » honnie ? Certes. Par souci de s’assurer le concours des séparatistes pour arracher les otages français aux griffes d’Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi) et de ses satellites? Sans nul doute. Mais l’heureux dénouement du calvaire des kidnappés d’Arlit (Niger) ne doit rien au MNLA. Lequel n’a pas tenu ses promesses de « sécuriser » la ville, perméable aux terroristes.

 

« Une erreur stratégique majeure », tranche l’anthropologue André Bourgeot, directeur de recherche au CNRS et fin connaisseur des peuples du désert. Analyse partagée par la direction Afrique du Quai d’Orsay de l’époque.

 

 

La DGSE, trop « touarégophile »

« Jamais je n’ai considéré le MNLA comme un partenaire fiable dans la lutte contre le péril islamiste, insiste un de ses ex-cadres. Hélas, nos objections ont été battues en brèche par la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure). Voilà ce qui advient en l’absence de pilotage clair et ferme de l’échelon politique : les militaires dictent leur loi. »

Le tropisme « touarégophile » de l’élite de l’espionnage à la française, fascinée par les vertus guerrières des « hommes bleus », vient de loin. « Affaire de génération, admet un ancien officier de la « Piscine ». Nombre de gradés aujourd’hui aux commandes ont côtoyé les chefs des rébellions des années 1990, au Niger comme au Mali. Et plus d’un en a gardé une forme de nostalgie coloniale. En ce temps-là, nous jugions à tort ou à raison nos interlocuteurs représentatifs et leur cause noble et légitime. »

 

Le défi sahélien et le sort des otages auront aussi aiguisé les rivalités au sein de l’appareil du renseignement. Avec, semble-t-il, l’aval de François Hollande, le cabinet du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’est employé à asseoir sa tutelle sur la direction de la DGSE, encline depuis Nicolas Sarkozy à traiter « en direct » avec l’Elysée.

 

Autre phénomène, qu’incarnent de fringants retraités de la maison, désormais à la tête de sociétés de sécurité : la privatisation de missions délicates. Ainsi, il est arrivé à Pierre-Antoine Lorenzi, passé par la Direction de la stratégie, d’offrir ses services en matière de logistique et de protection d’émissaires.

 

L’ex-colonel Jean-Marc Gadoullet fut quant à lui mandaté pour négocier la libération, obtenue en février 2011 contre environ 12,5 millions d’euros, de trois des sept otages d’Arlit (1). Ironie de l’histoire : à en croire un initié, leur geôlier, l’Algérien Abou Zeid, était alors disposé à les relâcher sans contrepartie ; et c’est l’envoyé nigérien Mohamed Akotey, alors écarté du dossier au profit de Gadoullet, qui orchestre en solo le retour à la liberté, le 29 octobre 2013, des quatre autres. Montant de la transaction : près de 30 millions, soit la somme proposée en vain deux ans plus tôt à Abou Zeid par le même Gadoullet.

Peut-on à la fois prôner la « restauration de l’intégrité territoriale du Mali » et entraver le déploiement vers le nord de l’armée nationale, si embryonnaire soit-elle ? A ce jeulà, la France court le risque de se voir coincée entre le marteau et l’enclume… ABamako, on lui reproche sa complaisance envers les « enturbannés », surnom peu flatteur des Touareg, et leurs chimères indépendantistes.

 

Et à Kidal, chez ces mêmes Touareg, on la soupçonne de lâchage. « Paris ne dit pas un mot quand les soldats maliens massacrent nos civils », accuse un leader du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), dernier avatar du mouvement islamiste touareg Ansar ed-Dine, naguère allié d’Aqmi. « Vos militaires nous comprennent, soupire en écho Bilal Ag Cherif, secrétaire général du MNLA. Mais pas vos politiciens.Or il n’y aura pas d’issue au Sahel sans solution quant au statut de l’Azawad. Là est l’épicentre de la crise, la mère de toutes les impasses. »

 

 

Kidal, laboratoire de tous les périls

Pour » Papa Hollande », le sauveur tant célébré, cette double peine était-elle fatale ? « Non, objecte un ex- »Africain » du Quai. Il aurait fallu tenir un langage d’extrême fermeté aux deux parties. Signifier sans ambiguïté à l’armée que les exactions devaient cesser. Et aux Touareg que le moment était venu pour Kidal de rentrer dans le giron de la République. » « Au fond, ironise Alghabass Ag Intalla, président du HCUA et fils de l’amenokal – chef coutumier – de la tribu des Ifoghas, la France aura tour à tour amené à Kidal le MNLA, qui n’y était plus, puis les soldats de Bamako, qui n’y ont jamais été. »

Théâtre de la première insurrection touareg du Mali indépendant, en 1963, Kidal demeure le laboratoire de tous les périls, que surveillent la France, mais aussi l’Union européenne, l’Union africaine et la Minusma (mission onusienne).

 

Chaque concession, fût-elle symbolique, suppose d’intenses pressions. Ainsi, le MNLA, qui confesse son impuissance à ramener la quiétude, promet d’évacuer ce 14 novembre le gouvernorat et le bâtiment de la radiotélévision. De même, la fusion, marchandée des semaines durant à Ouagadougou (Burkina Faso), de trois mouvances autonomistes – le HCUA, le MNLA et les Arabes du MAA- au sein d’un Congrès national pour le salut de l’Azawad passe pour une avancée aux yeux des naïfs.

 

Pas sûr pour autant que la plateforme commune censée baliser les négociations avec le pouvoir central quant au statut futur de la région survivra aux dissensions déjà patentes. « Du bla-bla ! » assène un ponte du Haut Conseil, tandis que le patron en titre du MNLA doute à voix haute de sa capacité personnelle à emporter l’adhésion de sa base ; non sans raison : la jeune garde, réputée radicale, tient ce pacte, passé avec l’ennemi, pour une  » trahison « .

Fragmenté en diable, l’échiquier local plongerait dans la détresse le politologue le plus retors. Qui est qui ? Avec qui? Et jusqu’à quand? Chacun avance masqué. Et tous les dés semblent pipés. Un exemple : rien de plus aisé que de rencontrer un « allié » du MNLA lui imputant à demi-mot le meurtre du tandem de RFI.

 

Il faut dire, fait troublant, que le chef du commando, un transfuge d’Aqmi nommé Bayes Ag Bakabo, aurait été à son retour en ville, voilà plusieurs mois, présenté au détachement local du dispositif Serval par deux responsables de la sécurité du MNLA, interrogé par un officier du renseignement français puis relâché. Ce que, bien entendu, le secrétaire général Bilal Ag Cherif dément vigoureusement.

Le pourrissement, allié le plus sûr du terrorisme

Tout porte à croire que Ghislaine Dupont et Claude Verlon doivent leur mort atroce – vécue comme une honte ineffaçable au sein de la communauté touareg – à un enlèvement crapuleux perpétré par des « sous-traitants » désireux de monnayer leur butin humain et qui aurait mal tourné. Ont-ils aussi, comme le soutient un praticien chevronné de la galaxie djihadiste, payé de leur vie les « erreurs de gestion de la France à Kidal »?

 

Deux certitudes. D’abord, le statu quo, autre nom du pourrissement, y serait l’allié le plus sûr du terrorisme. Ensuite, qu’on le veuille ou non, Paris aura du mal à se délester de ce fardeau. « C’est à elle, décrètent en chœur trois chefs touareg, par ailleurs rivaux, qu’incombe la responsabilité d’imposer un règlement. Elle en a le pouvoir. »

 

Le devoir, sans doute. Le pouvoir, pas sûr. « Kidal est le noeud gordien qu’il faut trancher », a asséné, le 10 novembre, sur RFI, cheikh Oumar Diarrah. La formule illustre l’étroitesse de la ligne de crête que doit emprunter le Mali nouveau : l’homme qui l’a prononcée est ministre de la Réconciliation.

Yattara

Source: L’Informateur

Comments are closed

Other News

  • Société

    Arrestations abusives des agents du domaine: Face à la complicité de la Directrice Nationale et du Ministre des Domaines, l’UNTM commet un avocat pour leur défense

    Dans l’indifférence totale des plus hautes autorités, le 3ème service pourvoyeur des recettes du pays est entrain de mourir à petit feu. Et pour cause, en difficulté face aux revendications du syndicat, la Directrice Nationale,  Mme Sy Hawa Diallo et son ministre Tienan Hubert Coulibaly n’ont trouvé mieux en réponse qu’une chasse aux sorcières à peine voilée. Ainsi, après la Directrice régionale des domaines et du cadastre de Koulikoro Mme Coulibaly Islam Niang, c’est le chef de la section étude […]

    Read more →
  • Mali actu

    En direct: qui dirige pour l’instant le Burkina Faso?

    Ce vendredi 31 octobre 2014 restera une journée historique au Burkina Faso, avec la chute du président Compaoré. La veille, la rue avait mis un terme à son ambition de modification de la Constitution (il souhaitait pouvoir se maintenir au pouvoir). Après sa démission, le chef d’état-major a déclaré qu’il prenait la tête de l’Etat. Mais le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle a annoncé la suspension de la Constitution. Qui assure la transition qui s’ouvre ? La confusion règne […]

    Read more →
  • Afrique

    Blaise Compaoré quitte le pouvoir : Est-ce un ami ou un ennemi du Mali qui s’en va ?

    C’est un communiqué qui l’annonce : Blaise Compaoré a laissé le pouvoir vacant au Burkina Faso au terme d’un printemps Burkinabè chaud voire très chaud. Une véritable révolution populaire des hommes intègres qui annonce certainement le printemps de l’Afrique noire pour reprendre les propos d’un manifestant. D’autres peuples sur le continent comme le Bénin, le Burundi, la RDC, le Congo Brazzaville, devraient s’inspirer du courage Burkinabè pour chasser du pouvoir tous les dictateurs déguisés en républicains, ces vrais faux démocrates assoiffés […]

    Read more →
  • Politique

    Me Saran Kéita, présidente du Réseau paix et sécurité de l’espace Cédéao : «Nous exigeons une représentation équitable du genre dans la commission vérité, justice et réconciliation»

    C’est en substance ce qu’a affirmé Me Saran Kéita, présidente du réseau paix et sécurité des femmes de l’espace Cédéao. C’était jeudi, à la clôture de l’atelier que ce réseau a organisé sur la mise en œuvre du projet «promouvoir le rôle des femmes dans le processus de réconciliation aux niveau national et local». Ce projet a été initié par le Réseau paix et sécurité des femmes de la zone Cédéao se veut un plaidoyer pour l’implication, à tous les […]

    Read more →
  • Politique

    Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon : Marie-Christine Saragosse reçue par Moussa Mara

    Le Premier ministre vient de recevoir en audience Madame Marie-Christine Saragosse, présidente directrice générale de France Médias Monde qui regroupe France 24, RFI et la radio universaliste en langue arabe Monte Carlo Doualiya. Au cours de cette audience à laquelle ont pris le Ministre de la Justice et des droits de l’homme, M.  Mohamed Ali Bathily et le Ministre de l’économie numérique et de la communication, M. Mahamadou Camara, il a été question de la Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon, […]

    Read more →
  • Afrique maliweb

    Burkina Faso: Blaise Compaoré est en route pour le sud du pays après avoir démissionné

    Il vient d’annoncer sa décision… Il a finalement changé d’avis. Blaise Compaoré, le président du Burkina depuis 27 ans, vient d’annoncer qu’il quittait le pouvoir, au lendemain d’émeutes contre son régime et de l’annonce par les militaires selon laquelle ils ont pris le contrôle de leur pays. Le désormais ex-président a également expliqué, par voie de communiqué lu sur une télévision locale, qu’il souhaitait que des «élections libres et transparentes» se tiennent dans les 90 jours. Selon la diplomatie française, il serait en route pour la […]

    Read more →
  • Politique

    Moussa Mara : “La justice a de la mémoire”

    Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s’est exprimé sur les sujets brûlants du moment : retour des aides du FMI, réformes institutionnelles, procès du général putschiste Amadou Haya Sanogo et accords d’Alger… La veille de sa visite au 57 bis de la rue d’Auteuil, le 7 octobre, il a donné une conférence à l’Assemblée […]

    Read more →
  • Afrique

    Pouvoirs à rallonge: le cas burkinabè, un avertissement pour les dirigeants africains

    Au Burundi, Rwanda, Bénin, Congos.. plusieurs présidents africains sont accusés de vouloir, comme Blaise Compaoré, s’accrocher au pouvoir en modifiant leurs Constitutions. Mais les émeutes provoquées par les ambitions du dirigeant burkinabè, finalement chassé du pouvoir, devraient leur servir d’avertissement, estiment des analystes. “Ce qui se passe au Burkina est un cas d’école”, résume David Zounmenou, chercheur à l’Intitute for Security Studies, estimant que si Blaise Compaoré avait réussi à faire “passer l’amendement constitutionnel”, alors les dirigeants du “Bénin, du […]

    Read more →