Plusieurs personnes ont été tuées dimanche dernier à Bounti, un village du Cercle de Douentza, dans la Région de Mopti, Dans le Centre du Mali, selon des témoignages recueillis dans cette localité.
Dès, dimanche 3 janvier, la jeunesse de l’Association identitaire peulh Tabital Pulaaku a alerté sur la situation du village de Bounti, en publiant une « liste provisoire » de 18 personnes présentées, par l’Association, comme les victimes d’une « frappe aérienne qui a coûté la vie à une vingtaine de personnes civiles au moins », dans le village de Bounti, lors d’une célébration de mariage.

La nouvelle a largement été partagée sur les réseaux sociaux, déclenchant des interrogations des internautes sur cette tuerie. Le flou régnait toujours sur la situation jusqu’à la réaction, mardi, de l’armée française qui intervient au Mali dans le cadre de la force Barkhane.

En effet, une source à l’état-major de l’Armée française, citée, mardi, par l’Agence France presse (AFP), a indiqué qu’une patrouille d’avions de chasse a “neutralisé” des dizaines de djihadistes, réfutant donc la mort de civiles. « Il ne peut y avoir de doute et d’ambiguïté, il n’y avait pas de mariage. C’est une frappe menée après un processus particulièrement formel et multipartite sur un groupe armé terroriste pleinement identifié, après un recoupement d’informations, des attitudes, une posture, sur une zone caractérisée », a déclaré une source militaire française toujours citée par l’AFP.

Joint, mercredi, au téléphone par nos soins, le président de la Jeunesse Tabital Pulaaku, Hamadoun Dicko n’a pas souhaité faire de commentaire particulier et nous a renvoyé à la dernière « liste provisoire des personnes tuées » publiée par son Association.

Selon lui, cette liste sera mise à jour prochainement et de nouvelles informations partagées dès que disponible.

MT/MD

Source: L’Essor

MaliwebNord-Mali
 Plusieurs personnes ont été tuées dimanche dernier à Bounti, un village du Cercle de Douentza, dans la Région de Mopti, Dans le Centre du Mali, selon des témoignages recueillis dans cette localité.Dès, dimanche 3 janvier, la jeunesse de l’Association identitaire peulh Tabital Pulaaku a alerté sur la situation du...