Les dignes fils du monde ne devraient pas être si difficiles à dompter et à apaiser. Il faut parfois juste du respect et de l’humilité. Au Mali, c’est la promotion et la consolidation de l’indifférence qui animent nos autorités face au peuple dans plusieurs situations.

Après de nombreux jours d’ultimatum et des fortes actions posées, le gouvernement, sans argument convaincant, a préféré briller par son silence. Pendant ce temps, dans la cité des 333 Saints, les populations se radicalisent et les options déloyales de sabotage portées par l’exécutif échouent.

Le premier Ministre, entouré de certains de ses ministres, aurait reconnu la légitimité des revendications des citoyens à travers le pays. Les jeunes qui ne souhaitent être répondus que par le Premier Ministre n’ont entendu qu’un ramassé télévisé du porte-parole du gouvernement, Yaya Sangare.

Au même moment, nos radars orientés vers Tombouctou ont détecté une délégation composée du gouverneur et d’imams « missionnaires » qui ont longtemps participé à la trahison régionale.

Nos investigations sur leur deal sont encore en cours. Mais les jeunes, avec Ibrahim Adiawiakoye en tête, lui-même fils d’un imam, ont renvoyé bonnement cette délégation venue, selon nos informations, leur raconter des sornettes.

Mieux, un taureau noir avait été offert à ces jeunes qui ont opposé une nette réprobation. Après avoir colporter des détails précis, ils ont aussi fait renvoyer le taureau tout en gardant secret le nom de celui qui l’aurait offert.

Il faut donc comprendre que les lignes ont bougé mais de façon radicale car la réaction gouvernementale est comme une banalité et une moquerie à notre égard, explique un leader du collectif.

Moussa Maigap

Source: Le Figaro du Mali

Maliwebmaliweb netNord-Mali
Les dignes fils du monde ne devraient pas être si difficiles à dompter et à apaiser. Il faut parfois juste du respect et de l’humilité. Au Mali, c’est la promotion et la consolidation de l’indifférence qui animent nos autorités face au peuple dans plusieurs situations. Après de nombreux jours d’ultimatum...