Connu pour son inlassable combat contre l’injustice, la mauvaise gouvernance et les pratiques déviantes, le mouvement Trop c’est trop vient de prouver en franchissant les portes de Kidal en début de week-end qu’il n’est pas qu’un mouvement contestateur mais, peut-être aussi une force de proposition et de solution.

malick konate mouvement trop cest trop cma azawad visite nord kidal

Kidal échappe au contrôle du Gouvernement. C’est une lapalissade de le dire. Certains confrères ont osé la phrase “le Boss de Kidal c’est Iyad”. Depuis la déroute de l’ancien Premier Ministre Moussa Mara, en mai 2014, l’Administration et l’Armée avaient désertées la ville. Il aura fallu plus de trois ans d’âpres négociations, même après la signature de l’Accord pour la paix issu du processus d’Alger qui, pourtant, prévoyait le retour au plus vite de l’Administration et de l’Armée à Kidal. C’est en août dernier, après une énième négociation avec la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) qui a  donné son feu vert, que le Gouverneur de la Région, Sidi Mohamed Ichrach, nommé depuis février a franchi les portes de la ville.

En marge de ses efforts gouvernementaux, un mouvement de la société civile vient de se signaler. C’est le mouvement Trop c’est trop. Ce mouvement qui, on se souvient, a acquis une grande notoriété au cours des deux mois de contestation contre le projet de la révision constitutionnelle. Il a été le premier à battre le pavé  à deux reprises  pour dire non à la réforme. D’abord à la Bourse du Travail et au monument de l’Indépendance avant même la formation de la plateforme “Antè An baba” dans laquelle elle va jouer un rôle majeur. Le mouvement a été aussi associé à de nombreuses marches de contestations, ce qui lui a valu l’étiquette “aigri” contre le pouvoir en place. Il vient de démontrer que loin d’être contre qui que ce soit, son combat c’est pour le Mali. C’est l’idée d’un Mali un et indivisible dans lequel les Maliens du Sud au Nord, de l’Est à l’Ouest vivent en paix et en harmonie qu’il a initié un projet de caravane appelé “Aw naf in Kidal”. Cette caravane devra avec plusieurs jeunes, prendre le départ à Bamako pour rallier Kidal. Objectif: porter un message de paix et de fraternité. Mais avant, une équipe de prospection c’est rendu à Kidal en début de week-end pour prendre contact avec les autorités coutumières sur place, la MINUSMA, les femmes et les jeunes. Membre de cette délégation, Malick Konaté que nous a joint nous explique comment se déroule ce premier séjour kidalois pour des civiles depuis 2014 “nous avons atterri à Kidal le vendredi vers 11h14.Cette visite préliminaire rentre dans le cadre de l’organisation de la caravane citoyenne AWNAF IN KIDAL pour prendre contact avec les jeunes, les femmes, les autorités traditionnelles et coutumières et les autorités administratives de la Région.

La délégation de la coordination, accompagnée du porte-parole de la CMA a rencontré au siège de la MINUSMA de la Région de Kidal, Monsieur Michael Johnson, chargé des affaires politiques et Monsieur Jens Tranum Kristensen, chargé des affaires civiles. Les échanges ont porté sur les types d’aides que la MINUSMA pourrait apporter dans l’organisation de la caravane citoyenne AWNAF IN KIDAL. Nos interlocuteurs ont tous salué l’initiative et promis d’accompagner les initiateurs. Samedi de 15h

à 19h nous avons rencontré les Représentants de la jeunesse de Kidal pour partager la note conceptuelle avec eux. Ils ont tous salué l’initiative qui pour eux rentre dans le cadre de la paix et de la réconciliation nationale. Ils demandent la neutralité et la mise œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issue du processus d’Alger pour une paix définitive au Mali”. Hier dimanche, ils ont rencontré le Gouverneur de la Région et les femmes.

Ce mouvement qui s’est récemment fait connaitre au plan sous régional en rapportant le trophée de la meilleure organisation de la société civile mérite le soutien et les encouragements de tous ceux qui espèrent voir un jour le Mali vivre en paix et dans la quiétude.

Mohamed Dagnoko

 

Source: LE COMBAT

MaliwebNord-Mali
Connu pour son inlassable combat contre l’injustice, la mauvaise gouvernance et les pratiques déviantes, le mouvement Trop c’est trop vient de prouver en franchissant les portes de Kidal en début de week-end qu’il n’est pas qu’un mouvement contestateur mais, peut-être aussi une force de proposition et de solution. Kidal échappe...