L’envahissement de la partie septentrionale du Mali par des groupes armés a porté un coup dur au système sanitaire dans les régions de Gao, Tombouctou et Kidal. Outre la destruction des infrastructures sanitaires, cette occupation sauvage a occasionné le déplacement du personnel sanitaire.

 soldats français allemand Nord Mali serval

Depuis des semaines, les autorités sanitaires travaillent au retour du personnel sanitaire au nord. Après examen de la situation, il serait apparu qu’il faille préalablement résoudre une question importante : la prise en compte des doléances de certains bénévoles jadis engagés sur le terrain par des ONG. Au temps fort de l’occupation, ces jeunes du terroir (avec ou sans formation sanitaire) engagés par des organisations caritatives avaient assuré, comme ils pouvaient, un service minimum de santé dans certaines structures sanitaires.

Le hic est que certains de ces ex-bénévoles veulent utiliser ce statut temporaire d’agent de santé pour exercer un chantage sur les autorités sanitaires. Il semblerait que certains d’entre eux réclament leur intégration dans le corps de la santé, et  dans le cas échéant obtenir de conséquentes « primes de risque ».

Sur le terrain, les plus radicaux d’entre eux, avec la complicité de certaines ONGs, tentent  de mener une fronde contre le retour du personnel sanitaire.

Cela est d’autant plus grave et aberrant dans la mesure où le besoin sanitaire dopé par le retour des refuges et déplacés, nécessite le retour rapide des agents professionnels sur le terrain. Autrement dit,  l’on ne doit plus continuer à offrir un service de santé au rabais aux populations déjà affectées par les conséquences des exactions et autres maltraitances liées à l’occupation.

Conscient de la nécessité de rétablissement des services de santé sur l’ensemble du territoire national, y compris le Nord, le ministère de la Santé et l’Hygiène Publique, travaille d’arrache-pied, depuis des semaines, au retour du personnel sanitaire au nord.

Seulement sur le terrain, des calculateurs agissant pour leurs  propres intérêts veulent freiner ce processus de retour.

Youssouf Coulibaly     

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau

kanteNord-Mali
L’envahissement de la partie septentrionale du Mali par des groupes armés a porté un coup dur au système sanitaire dans les régions de Gao, Tombouctou et Kidal. Outre la destruction des infrastructures sanitaires, cette occupation sauvage a occasionné le déplacement du personnel sanitaire.   Depuis des semaines, les autorités sanitaires...