Au Sahel, l’Arabie saoudite a promis de contribuer à hauteur de 100 millions de dollars à la nouvelle force du G5 Sahel. C’est le ministre des Affaires étrangères malien qui s’en fait l’écho, au retour d’une mission à Riyad.

Le plaidoyer d’Emmanuel Macron auprès de l’Arabie saoudite semble avoir fonctionné. Les autorités françaises ont largement incité Riyad à se montrer généreux envers la force conjointe anti-terroriste du G5 Sahel.

Le chef de la diplomatie malienne, le ministre Abdoulaye Diop, était justement en Arabie saoudite il y a quelques jours. Il en est revenu avec cette annonce de contribution et espère que cela va en entraîner d’autres : « Cela nous rapproche encore un peu plus de l’objectif des 423 millions, nous espérons aussi que cela puisse constituer une incitation pour d’autres partenaires, et surtout dans la perspective de la conférence des donateurs que nous espérons pouvoir tenir dès que possible. Ce que nous avons essayé d’expliquer, c’est que la lutte contre le terrorisme ne peut être qu’une lutte globale, car ce qui se joue en Irak, en Syrie ou en Libye, si le front du Sahel n’est pas aidé pour pouvoir se consolider, on aura toujours le maillon le plus faible qui va constituer un appel d’air pour les groupes terroristes. »

Pour l’instant, l’Arabie saoudite n’a pas officialisé cette contribution, elle pourrait le faire le 13 décembre prochain à Paris lors d’un mini-sommet qui va réunir les chefs d’Etat des pays du G5. La France présente également à l’ONU une nouvelle résolution, demandant à la Minusma d’appuyer techniquement, en eau et nourriture notamment, les forces du G5 lorsque celles-ci opéreront au Mali.

Par RFI Publié le 06-12-2017

MaliwebNord-MaliAbdoulaye diop,minusma
Au Sahel, l’Arabie saoudite a promis de contribuer à hauteur de 100 millions de dollars à la nouvelle force du G5 Sahel. C’est le ministre des Affaires étrangères malien qui s’en fait l’écho, au retour d’une mission à Riyad. Le plaidoyer d’Emmanuel Macron auprès de l’Arabie saoudite semble avoir fonctionné....