La Maison du Partenariat Bamako-Anger, sis au quartier du fleuve, abrite, depuis hier mardi, les travaux du séminaire d’échanges d’expériences entre acteurs maliens et Mauritaniens sur les luttes syndicales et sociales et la syndicalisation du secteur informel.

Ibrahim Ag Idbaltanat president temedt touareg

L’Objectif de cette formation est de renforcer les capacités des acteurs du secteur informel en les formant en matière de luttes syndicale, sociale et en syndicalisation ainsi que le phénomène de métayage en zone office du Niger.

Initiée par TEMEDT, à travers l’ASYNATRIMA, cette rencontre regroupe pour deux jours, une trentaine de participants venus de 18 localités de l’intérieur, dont essentiellement de la zone Office du Niger.
L’ouverture des travaux était présidée par le représentant de Mme la ministre du Travail, de la fonction publique et des relations avec les institutions, Bakary KEÏTA ; en présence du président de l’Association TEMEDT, Ibrahim Ag IDBALTANAT ; du secrétaire général de l’Association syndicale nationale des travailleurs du secteur informel (ASYNATRIMA), Mariam COULIBALY ; du représentant de l’UNTM, Amadou SAMAKE ; du facilitateur principal, le Dr El Kory SNEÏBA BRAHIM ; de membres de SOS esclave de la Mauritanie.
Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet « Plaidoyer pour l’émancipation et le renforcement des capacités des leaders du secteur informel » de l’ASYNATRIMA et est exécuté sous la supervision de TEMEDT. Ce syndicat, faut-il le rappeler, a été créé par l’association TEMEDT en 2014 grâce au financement de la fondation Rosa Luxembourg, à l’image de du cas de la Mauritanie.
Cette rencontre, selon ses initiateurs, vise le renforcement des capacités des leaders de l’informel en matière de syndicalisation par le biais d’échanges d’expérience avec la Mauritanie.
Ledit séminaire atelier s’inscrivait dans cette optique et se proposait d’apporter une assistance aux membres du syndicat dans l’appropriation des notions de luttes syndicales sociales et de syndicalisation de l’informel.
À l’issue de cette formation, les participants seront mieux édifiés sur les concepts de syndicalisme et des luttes syndicales ; l’approche de la Mauritanie en syndicalisation. De même, ils discuteront aussi sur le métayage en zone Office du Niger.
Dans son mot de bienvenue, le président de l’Association TEMEDT, a souligné qu’il était important, aux yeux de son organisation, d’impulser le secteur informel généralement animé par des acteurs dont la voix ne porte pas très souvent. D’où, la mise en place de ce syndicat qui a été créé à l’issue de concertations avec les populations de Niono, de Gao, de Nioro du Sahel.
L’ASYNATRIMA, selon ses responsables, ambitionne d’organiser ce secteur capital pour l’économie malienne. Par actions, il s’agit pour ce syndicat de donner confiance à ce monde pour qu’il soit conscient de ses potentialités, s’organise et crée la richesse tout en étant les premiers bénéficiaires.
À l’ouverture des travaux, le représentant de la ministre du Travail, de la fonction publique et des relations avec les institutions, Bakary KEÏTA, a tenu à remercier TEMEDT et ses partenaires de la confiance placée en son département pour présider la cérémonie. Selon lui, les syndicats ont toujours joué un rôle important en République du Mali dans la lutte pour l’émancipation du peuple malien et l’amélioration des conditions de vie et de travail des Maliens.
Malgré son importance dans l’économie malienne, a-t-il dit, le rôle du secteur informel n’est pas toujours perçu par tout le monde.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

MaliwebNord-Mali
La Maison du Partenariat Bamako-Anger, sis au quartier du fleuve, abrite, depuis hier mardi, les travaux du séminaire d’échanges d’expériences entre acteurs maliens et Mauritaniens sur les luttes syndicales et sociales et la syndicalisation du secteur informel. L’Objectif de cette formation est de renforcer les capacités des acteurs du secteur...