Avec les différentes actions de sécurisation du scrutin présidentiel menées par les FAMAS, en collaboration avec le GATIA, le MSA et la CMA dans différentes localités du nord du Mali, ce que l’on tenait pour impossible, il y a quelques mois, est en passe de devenir possible.

 

La meilleure illustration de cette nouvelle donne qui prend forme au Nord du Mali commence tout d’abord à Talataye. La tristement célèbre commune rurale connue pour avoir boudé, depuis des années, les scrutins de tous niveaux, a enregistré des électeurs, distribué des cartes et fait voter sa population, le 29 juillet dernier. Les mêmes actions de sécurisation se sont répétées le 12 août dernier.

Un petit rappel : les Maliens se souviennent certainement encore que lors des deux tours de la Présidentielle de 2013, tout comme ceux des législatives de la même année, la commune de Talataye n’avait pas voté.

Mieux, les populations avaient été empêchées de participer à l’élection partielle d’un député de la circonscription électorale du cercle d’Ansongo, pour remplacer l’honorable Halidou Bonzeye, du parti ASMA-CFP, décédé le 31 août 2015.

Le dimanche 29 juillet, et même bien des mois avant, les Forces armées du Mali en collaboration avec le GATIA et le MSA ont décidé de changer la donne dans cette zone du Haoussa. A travers des patrouilles de jours comme de nuit et des séances de sensibilisation, les populations ont repris confiance et sont restées sur place.

Selon un cadre de l’administration sur place, «aucun acte de violence n’a été enregistré, depuis de très longs mois et ceux qui avaient fui, à cause de l’insécurité, sont en train d’effectuer leur retour en grand nombre». A en croire toujours notre interlocuteur, l’action des FAMAS et des combattants de la Coalition MSA/GATIA a été très important dans la sécurisation du scrutin».

Toujours dans le Haoussa, il faut noter les opérations de sécurisation FAMAS-GATIA-MSA dans les localités de Djebock, Tin-Hama, Intilit, Samit Ahima et Ansongo. Il en est de même, un peu plus au sud, en l’occurrence dans le Gourma (Gossi, Adjora, Ebang-Emalene, Rharous).

Autre lieu, autre réalité. Dans l’Adrar des Ifoghas, le GATIA et la CMA se sont alliés dans le transport du matériel et la sécurisation des opérations de vote. «Tout s’est bien passé» nous a affirmé un observateur de la CENI de Kidal qui, d’ailleurs, s’est félicité de «ce nouvel élan de solidarité entre différents groupes armés qui augure de lendemains meilleurs».

Notons, enfin, que dans la région de Ménaka, grâce à la collaboration entre FAMAS et tous les groupes armés, qui existe depuis 2016, le scrutin s’est déroulé dans les conditions les meilleures.

SourceLE RADAR

MaliwebNord-Mali
Avec les différentes actions de sécurisation du scrutin présidentiel menées par les FAMAS, en collaboration avec le GATIA, le MSA et la CMA dans différentes localités du nord du Mali, ce que l’on tenait pour impossible, il y a quelques mois, est en passe de devenir possible.   La meilleure illustration...