Après les actes de vandalisme des entrepôts de la Minusma à Sévaré samedi dernier, aucune arrestation n’est pour le moment annoncée. Alors qu’on reconnaît pertinemment certains vandales photographiés en train de transporter des matelas, des cartons et autres objets enlevés dans les magasins de la force étrangère. En dehors des mesures conservatoires prises par le gouverneur de région en annonçant un couvre-feu, rien à se mettre sous la dent. Alors, les vandales aussi sont au-dessus de la loi.

GAO : Des bandes organisées font régner la terreur

A Gao, trois hommes armés ont braqué le samedi (12 octobre 2019) un commerçant au quartier Château. Il a été dépouillé de tous ses biens avant d’être relâché. Un autre jeune a été braqué le même jour au quartier Aljanabanja par des hommes armés. Lui aussi a été dépouillé de tous ses biens. Une autre situation qui inquiète les populations, depuis plus d’une semaine, des numéros inconnus appellent des commerçants de Gao pour leur demander d’envoyer de l’argent pour ne pas être attaqués expliquent des sources locales.

YOROSSO : Des ménages soutenus dans l’accès à l’éducation, à la santé et à la nutrition

133 ménages vulnérables ont reçu chacun trois chèvres, un bouc et quatre sacs d’aliments bétail. Ces animaux ont été offerts par le projet Save the Children Corée. Selon les responsables du projet, l’objectif est d’améliorer les revenus des ménages bénéficiaires afin de faciliter leur accès à la santé, à l’éducation et à la nutrition. Le projet couvre une dizaine de villages des communes de Yorosso et Koumbia.

Par ailleurs, le commerçant de bétail de Koutiala enlevé le vendredi dernier au marché à bétail de Vanekuy à Yorosso a été libéré dans la nuit du samedi à dimanche. Il avait été enlevé par cinq hommes armés. Des enquêtes sont en cours pour en savoir plus sur les raisons de ce rapt. Une première du genre dans le cercle disent les sources locales.

VIOLENCES FAITES  AUX FEMMES : Une triste réalité au Mali

Au Mali, selon une enquête menée en 2018 sur les crimes conjugaux par la plateforme «Halte aux violences faites aux femmes» dont Association femme battue (AFB) est membre fondatrice, 61 ℅ des femmes ont été victimes de violence conjugales au cours de leur vie.

Pour Mamadou Diarra, juriste à l’AFB, des études ont montré que, au Mali, au moins une femme sur trois a été battue dans sa vie par son conjoint.

«Chaque année au Mali, environ 8 ℅ des femmes subissent des violences physiques de la part d’un conjoint  et entre 1 ℅ et 3 ℅ d’entre elles des violences physiques graves aboutissent à des crimes au sens juridique du terme», a précisé M. Diarra.

BANAMBA : Le projet d’appui aux jeunes entrepreneurs ruraux en marche

Plus d’une centaine des jeunes ruraux venus de 9 Communes du cercle ont pris part jeudi dernier (10 octobre 2019) à la rencontre de sensibilisation sur le projet d’appui aux jeunes entrepreneurs ruraux de la localité. Cette journée de sensibilisation organisée par la coordination régionale de l’Apej de Koulikoro permettra de mieux sensibiliser et informer les jeunes sur le projet. Il s’agit de les amener à s’intéresser à l’élevage, l’embouche bovine, l’aliment bétail, la boucherie et la tannerie. Chaque projet sera financé à hauteur de 500 mille à 3 millions.

SourceLe Matin

MaliwebNord-Mali
Après les actes de vandalisme des entrepôts de la Minusma à Sévaré samedi dernier, aucune arrestation n’est pour le moment annoncée. Alors qu’on reconnaît pertinemment certains vandales photographiés en train de transporter des matelas, des cartons et autres objets enlevés dans les magasins de la force étrangère. En dehors...