Le ministre algérien des Affaires étrangères a dressé un bilan effroyable de la recrudescence de la violence au cours de l’année 2018. Une situation qui est loin de s’améliorer en 2019. Face à cette situation, il a appelé les parties maliennes et les partenaires de l’accord à se ‘’hisser à hauteur des aspirations des populations maliennes qui attendent impatiemment de bénéficier des dividendes de la paix’’.

« Après avoir traversé une situation de tension politique et sociale, le Mali est entré désormais dans une phase positive avec la signature, le 2 mai 2019 d’un accord politique inclusif. Cela a permis la formation d’un gouvernement dit de mission et de large ouverture. Nous devons nous hisser à hauteur des aspirations des populations maliennes qui attendent impatiemment de bénéficier des dividendes de la paix d’une part, et des attentes de la communauté internationale. La situation sécuritaire au centre du pays continue d’être préoccupante. En fait, c’est toute la zone du Sahel qui est pris dans un tourbillon de violence. Entre novembre 2018 et mars 2019, plus 4 700 personnes y ont été tuées dans 1200 incidents, selon une ONG internationale. Soit une hausse de 46 % par rapport à la même période de l’année précédente. Plus encore, dans tout le Mali, les seuls conflits locaux de 2018 auront quasiment fait autant de victimes que pendant les trois années de guerre : 1800 morts entre 2012 et 2014 ; contre 1754 pour la seule année 2018. Cela est une situation d’une grande gravité qui nous interpelle tous. Et nous rappeler qu’il eût pourtant suffi d’une application diligente de l’Accord pour que toutes ces armes encore en libre circulation dans le pays se soient tues. Et que la tragédie vécue par certaines régions du Mali et déplorée par tous ne fut point. Pour honorer la mémoire des victimes, une minute de silence a été observée ».

Par AO

MaliwebNord-Mali
Le ministre algérien des Affaires étrangères a dressé un bilan effroyable de la recrudescence de la violence au cours de l’année 2018. Une situation qui est loin de s’améliorer en 2019. Face à cette situation, il a appelé les parties maliennes et les partenaires de l’accord à se ‘’hisser...