Les Maliens fuient vers la Mauritanie voisine pour échapper aux bandits, aux combattants, à l’armée et maintenant aux agents russes.

Ag et ses voisins de l’arrière-pays rural de la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, avaient entendu les récits de survivants de passage dans leur ville. Ils ont déclaré que des soldats blancs soupçonnés d’être des Russes étaient entrés dans les marchés des villes voisines avec l’armée malienne – pillant des magasins et attaquant et tuant des gens sans discrimination.

Alors Ag et ses amis ont paniqué, ont emballé leurs affaires et se sont enfuis, ne s’arrêtant qu’après avoir quitté le pays.

Lorsque les Russes arrivent en ville avec l’armée malienne, « ils prennent tout ce qu’ils trouvent sur le marché », a-t-il déclaré à Al Jazeera au camp de réfugiés de M’bera, en Mauritanie voisine, où lui et sa famille sont arrivés il y a environ un mois. « Souvent, ils attaquent les personnes qui tentent de s’enfuir. Si vous essayez de fuir, ils vous tueront sans savoir qui vous êtes.

C’est la deuxième fois qu’il vient à M’bera, après avoir temporairement cherché refuge ici au début du conflit en 2012.

Ag – pas son vrai nom, mais un préfixe commun aux noms de famille de l’ethnie touareg, signifiant « fils de » – avait supporté l’insécurité gonflée par l’État malien et divers groupes armés qui les combattaient depuis des années.

Depuis la fin de 2021, M’bera a connu un boom démographique, ont déclaré des responsables des Nations Unies qui dirigent le camp, se rapprochant de 78 622 personnes et comptant toujours – un record.

Près de 7 000 nouveaux arrivants ont été enregistrés en mars et avril seulement. Les responsables de l’ONU ont déclaré que le nombre réel est probablement plus élevé car de nombreux Maliens cherchent refuge dans les villages voisins à l’extérieur du camp.

Les réfugiés avec lesquels Al Jazeera s’est entretenu sont originaires de la région nord de Tombouctou et de la région de Ségou, au centre du Mali. Ils avaient des motivations diverses pour traverser vers la Mauritanie. Certains fuyaient les violences des groupes armés, de l’armée malienne ou des combattants qui lui sont affiliés, et n’ont signalé aucun lien avec Wagner.

via Al Jazeera

 

Source: intellivoire

Maliwebmaliweb netNord-Mali
Les Maliens fuient vers la Mauritanie voisine pour échapper aux bandits, aux combattants, à l’armée et maintenant aux agents russes. Ag et ses voisins de l’arrière-pays rural de la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, avaient entendu les récits de survivants de passage dans leur ville. Ils ont...