Les dirigeants africains et européens ont adopté plusieurs résolutions qui sont autant de réponses aux préoccupations des jeunes

Le 5ème sommet Union africaine – Union européenne a pris fin jeudi dernier dans la capitale ivoirienne. Trois thématiques importantes ont été abordées par les chefs d’Etat et de gouvernement lors des travaux à huis clos, à savoir les opportunités économiques pour les jeunes, la migration et la mobilité ainsi que la coopération UA-UE sur la paix et la sécurité.
Lors de la cérémonie de clôture, coprésidée par le président Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire et le président guinéen, président en exercice de l’UA, Alpha Condé, plusieurs résolutions ont été adoptées.
L’une des plus importantes concerne la situation en Libye où les deux parties ont décidé conjointement de l’évacuation immédiate des migrants incarcérés dans les prisons. Elles ont également décidé de la mise en place d’une commission dirigée par la commission des droits de l’Homme de l’Union africaine aidée par l’Union européenne.
Il a été aussi décidé de poursuivre les trafiquants d’êtres humains et de saisir leurs comptes en Afrique, en Europe mais aussi au Moyen-Orient.
Dans la déclaration finale de ce sommet, il a été également question du futur de la coopération entre les deux continents. «Il ne s’agit donc plus d’aide ou d’assistance mais de bâtir une coopération qui permet de régler les problèmes à la base et dans l’intérêt mutuel des populations et des économies des deux continents», a indiqué le président Alpha Condé dans son discours de clôture.
Parlant du thème principal du sommet, il a souligné la nécessité d’investir dans la jeunesse pour un avenir meilleur. «Nous avons écouté les jeunes et, on ne peut pas faire le bonheur de quelqu’un à son insu. C’est autour des préoccupations de la jeunesse que nous devons nous organiser afin de donner satisfaction. Nous avons donc pris note des cris de cœur des représentants de la jeunesse africaine et européenne et nous avons la responsabilité de leur garantir un avenir meilleur», a-t-il déclaré.
Abondant dans le même sens, le président Ouattara a estimé que c’est le premier sommet UA-UE qui a accordé autant d’importance à la parole des jeunes. «Nous les avons écoutés attentivement», a-t-il dit, ajoutant qu’il faut une croissance accélérée et durable capable de créer des emplois pour la jeunesse.
Envoyé spécial
Lougaye
ALMOULOUD

UN AGENDA CHARGÉ POUR LE PRéSIDENT KEÏTA

Présent à Abidjan pour le sommet UA-UE, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a eu plusieurs rencontres bi et multilatérales au premier rang desquelles celle qu’il a eue avec les dirigeants du G5 Sahel élargie au président français, Emmanuel Macron. Même si rien n’a filtré de cette rencontre, on imagine bien que face à la situation sur le terrain, il s’agissait pour eux de voir comment accélérer la cadence après le lancement, le mois dernier, des premières patrouilles des troupes de cette organisation.
Auparavant, le président Kéita avait reçu le ministre français de l’Intérieur, Gérard Colomb. A ce niveau également, il a été question de la situation du Mali et de l’agression terroriste dont fait l’objet notre pays.
A ce sujet, le ministre français de l’Intérieur a affirmé que la France et le Mali ont envisagé de lancer très prochainement des programmes de formation des Forces de sécurité maliennes dans la lutte contre les trafics de tout genre. Il a aussi déclaré avoir discuté avec le chef de l’Etat de la question de la production et la sécurisation des documents d’identité. Par rapport au sommet lui-même, Gérard Colomb a salué la volonté de rapprochement entre les deux unions avec les promesses faites aux jeunes. Dans ce contexte, la France est prête à apporter son soutien au Mali à travers la formation professionnelle des jeunes dans plusieurs secteurs d’activités, a-t-il annoncé.
Enfin, le président de la République a reçu son homologue guinéen avec qui il a été question du soutien que l’Union africaine et les autres partenaires envisagent d’apporter au Mali et aux pays du G5 Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme

L. A.

LE SATISFECIT DES MINISTRES ABDOULAYE DIOP ET AMADOU KOÏTA

«De nouvelles bases de coopération et des solutions durables aux problèmes de la jeunesse», tels ont été les sujets qui ont dominé le 5ème sommet UA-UE à Abidjan. Les ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop et son collègue de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, Amadou Koita, qui ont pris part à cette rencontre, ont, tous deux, salué les mesures importantes adoptées par les chefs d’Etat et de gouvernement.
Abdoulaye Diop a apprécié l’état d’esprit et la vision partagée des dirigeants africains et européens face aux défis auxquels les deux continents sont confrontés, notamment en matière de paix, de sécurité, de terrorisme et de migration.
Toute chose qui permet de trouver des solutions communes à ces défis, a-t-il indiqué.
En outre, le ministre Diop a souligné que le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, n’a pas manqué de faire entendre la voix du Mali en exposant les efforts de notre pays dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et de la prise en charge des migrants de retour au pays.
Au plan de la coopération, Abdoulaye Diop a soutenu que le moment est propice pour que l’Europe et l’Afrique aillent plus loin dans leur coopération afin d’exploiter les nombreuses potentialités qui existent de part et d’autre.
«Là aussi, le chef de l’Etat a beaucoup insisté pour que le partenariat puisse donner plus d’opportunités aux jeunes afin qu’ils ne soient pas tentés par un eldorado qui existe en réalité chez nous en Afrique et nulle part ailleurs», a-t-il dit.
De son coté, le ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne s’est dit très heureux de constater que les dirigeants africains et européens ont décidé de faire de la jeunesse une question prioritaire.
Avec cette attention, il se dit convaincu que les conditions seront désormais réunies pour le plein épanouissement de la jeunesse.
Dans le cas spécifique du Mali, le ministre Koita pense que ce plaidoyer de haut niveau vient renforcer la dynamique enclenchée par le président de la République qui a fait des questions de jeunesse un pilier important de son action de développement.

L. A.

 

Source: Essor

MaliwebPolitiqueAbdoulaye diop
Les dirigeants africains et européens ont adopté plusieurs résolutions qui sont autant de réponses aux préoccupations des jeunes Le 5ème sommet Union africaine – Union européenne a pris fin jeudi dernier dans la capitale ivoirienne. Trois thématiques importantes ont été abordées par les chefs d’Etat et de gouvernement lors des...