Il n’est pas fou de pouvoir. Pourtant, à l’approche du renouvellement de la confiance du peuple, il est comme dans une sorte de fébrilité qui ne dit pas son nom. Vous l’aurez compris, il s’agit en l’occurrence de mon cousin.

Il s’accapare désormais toutes les occasions pour admonester ses adversaires. Remarquez, il l’a toujours fait en dehors de nos frontières. Les étourderies de mon cousin s’égrènent dans l’air. Je vous en fais grâce.

Comment peut-on passer le plus clair de son temps à justifier l’élection de son fiston ? Comment peut-on passer son temps à expliquer les compétences des membres de sa famille ? Comment peut-on passer son temps à ressasser un passé qui est cousu de fils blancs ? Comment peut-on passer son temps à se faire passer pour celui qu’on n’est pas ?

Quelle que soit la réponse à chacune de ces questions, soit on cherche à édulcorer, soit à embellir une situation. Mais la conséquence est la même : on s’empêtre dans le déni de réalité. Ce qui est fait est fait, cousin : être Keïta ne fait de personne un certain Soundiata Keita ; ton fils a été élu sous ton «règne», c’est un fait sans précédent au Mali ; à compétences égales, l’impartialité t’aurait mieux inspiré à faire appel aux compétences extra-familiales.

Etre chez ton père à Sébénicoro et te faire payer par la direction du budget (les pièces justificatives sont là pour l’attester), c’est une attitude peu honorable. Même un marchand de sommeil est incapable d’une telle prouesse.

Non, tu n’es pas fou de pouvoir, mais tu es fou à lier. Tu n’es pas fou de pouvoir, mais tu en aimes la félicité. Tu n’es pas fou de pouvoir, mais tu en aimes le confort. Tu n’es pas fou de pouvoir, mais tu en aimes la gloire. Et «Tout roi qui aime la gloire aime le bien public» (VOLTAIRE).

Issiaka SISSOKO

Source: Le Reporter

MaliwebChroniquesMaliweb Malijet MaliactuPolitique
Il n’est pas fou de pouvoir. Pourtant, à l’approche du renouvellement de la confiance du peuple, il est comme dans une sorte de fébrilité qui ne dit pas son nom. Vous l’aurez compris, il s’agit en l’occurrence de mon cousin. Il s’accapare désormais toutes les occasions pour admonester ses adversaires....