À la faveur de la mise en place du gouvernement Boubou Cissé, les tenants du pouvoir ont tenté d’associer dans la gestion des affaires publiques, des forces politiques et sociales qui ne partagent pas leur vision, à travers un accord politique de gouvernance. Y avait-il la nécessité ? Les éléments concourant à cette situation semblent loin d’être réunis. Alors si l’objectif est de réussir la réforme constitutionnelle, Boubacar Salif Traoré estime que les Maliens ne sont pas contre, mais exigent qu’elle soit juste et surtout qu’elle reste fidèle aux principes d’intégrité et de souveraineté.

Ma compréhension…
Normalement, il y a accord politique, à l’issue d’un affrontement violent ayant opposé deux camps, ou encore à l’issue d’un différend politique sur la tenue de futures élections ou enfin, suite à une crise post-électorale.
Le Mali n’est concerné par aucun de ces cas, le Président ayant reconnu qu’il n’y a pas eu de crise post-électorale.
Alors, pourquoi parler d’un accord politique à l’issue d’une élection dont le camp présidentiel et les partenaires ont estimé pertinente.
L’accord politique malien correspond à quoi exactement ? Le Président s’est-il rendu compte des limites professionnelles de ses proches au point d’aller chercher ailleurs ? Ou s’agit-il d’une recherche de stabilité temporaire lui permettant d’atteindre des objectifs ?
Deux choses auraient permis d’éviter une telle situation, un bilan incontestable et une démarche inclusive sur l’accord de paix.
L’objectif final recherché est sans doute la réussite de la réforme constitutionnelle, les Maliens ne sont pas contre, mais exigent qu’elle soit juste et surtout qu’elle reste fidèle aux principes d’intégrité et de souveraineté.
Pour cela, il faut travailler à assurer la présence de l’État sur l’ensemble du territoire national. Avec ce seul résultat, 70 % de la mission sera accomplie.
Un consensus politique étant par nature fragile, la meilleure certitude, c’est la confiance du peuple, qui ne se mérite que par le travail et la production de résultats incontestables.
BST

MaliwebPolitique
À la faveur de la mise en place du gouvernement Boubou Cissé, les tenants du pouvoir ont tenté d’associer dans la gestion des affaires publiques, des forces politiques et sociales qui ne partagent pas leur vision, à travers un accord politique de gouvernance. Y avait-il la nécessité ? Les éléments...