Joint par les soins d’un confrère hier dimanche pour en savoir plus dans l’affaire judiciaire qui les oppose à l’artiste Tiken Jah Fakoly, Adama Koité s’est dit très surpris des propos tenus contre sa personne sur les réseaux sociaux. «Effectivement, cette affaire remonte à 2004 où j’occupais le poste de secrétaire général du Festival international de musique de Bamako (FIBA). A l’époque, je me suis battu pour qu’on règle ce dossier à l’amiable parce que Tiken Jah est aujourd’hui plus qu’un Malien. Il a beaucoup aimé ce pays.

Adama koite animateur journaliste televisition ortm presse

C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de rebondissements aujourd’hui. Mais, je précise que je n’ai jamais porté plainte contre lui. Pour moi, c’est un frère et un ami. Et il le restera toujours. C’est pour vous dire que je n’ai rien contre sa personne. Et je ne vois pas pour quel intérêt. Malheureusement, les gens profitent pour m’accuser et ternir mon image», a regretté Adama Koité.

Au sujet du ministre des Transports jadis avocat du Festival international de musique de Bamako, son actuel chef de cabinet M. Magassouba nie toute implication de son ministre et camarade du RPM.

Qui est alors derrière cette affaire ?

La seule interlocutrice qui n’a pas réagi reste la femme de Me Magatte Sèye, qui vient juste d’arriver de la Mecque. En tous cas, Tiken Jah Fakoly diffuse partout sur les réseaux sociaux une escroquerie à son égard par les personnes citées dans l’affaire. Il indexe le ministre Baber Gano, ancien avocat de FIMBA et proche de Me Sèye, tous des avocats.

Le délai d’exécution de Tiken Jah Fakoly sommé à payer 10 millions par un huissier au compte du FIMBA au risque de se voir déposséder de ses biens s’expire ce lundi 18 sept.

Nous y reviendrons.

M.D.

MaliwebMaliweb Malijet MaliactuPolitiqueSociété
Joint par les soins d’un confrère hier dimanche pour en savoir plus dans l’affaire judiciaire qui les oppose à l’artiste Tiken Jah Fakoly, Adama Koité s’est dit très surpris des propos tenus contre sa personne sur les réseaux sociaux. «Effectivement, cette affaire remonte à 2004 où j’occupais le poste...