Le Vérificateur général a initié une mission d’audit de la gestion de l’Ambassade du Mali à Brazza au Congo au titre des exercices 2016, 2017, 2018 et 2019 (1er semestre). A l’issue de la vérification, la vérification a constaté plusieurs irrégularités d’ordre administratif et financier évaluées à 391 944 121 F CFA dans la gestion de l’Ambassadeur Bakary Bocar Maïga.  

 

Par rapport à la pertinence de la mission, le rapport a rappelé que les Ambassades du Mali sont des services extérieurs du Ministère des Affaires étrangères chargées de la mise en œuvre de la politique extérieure du Mali dans les pays d’accréditation. Il faut préciser que les missions diplomatiques et consulaires du Mali reçoivent des fonds des Directions des finances et du matériel du ministère chargé des Affaires étrangères et de la Coopération internationale pour leur fonctionnement, de l’Education nationale pour les bourses d’études et du département de la Santé concernant les évacuations sanitaires.
Des fonds qui sont transférés par la Paierie générale du trésor et la comptabilité publique non moins service central du Ministère de l’Économie et des Finances. Aussi, celles-ci perçoivent des recettes de chancellerie et les produits issus de la vente des timbres fiscaux. Pour la période allant du 1er janvier 2016 au 1er semestre 2019, la minoration des recettes de chancellerie de l’Ambassade s’élève à un montant de 3 660 000 (Trois millions six-cent-soixante mille) Francs CFA. L’autoconsommation des recettes propres sans autorisation du Payeur Général du Trésor est de 216 490 150 (Deux-cent-seize millions quatre cent quatre-vingt-dix mille cent cinquante) FCFA. Le paiement des salaires et autres avantages indus à des diplomates affiche des irrégularités chiffrées à 139 563 172 (Cent trente-neuf millions cinq cent soixante-trois mille cent soixante-douze) FCFA ; ces montants ont été attribués comme tel, 92 261 138 (quatre-vingt-douze millions deux-cent-soixante-et un mille cent trente-huit) FCFA pour le conseiller consulaire et 46 317 302 (quarante-six millions trois cent dix-sept mille trois cent deux) FCFA pour l’agent consulaire. La non-récupération des cautions des logements est évaluée à hauteur de 12 600 000 (Douze millions six cent mille) FCFA

Au chapitre des constatations et recommandations, la mission estime que celles-ci sont relatives aux irrégularités administratives et financières.  Aussi, les vérificateurs ont constaté que S.E Bakary Bocar Maïga ne procède au respect de la réglementation sur le travail avec des agents relevés de leur poste y demeurent pendant des années après l’abrogation de leur acte de nomination, au grand dam de l’Etat ; des recettes propres réalisées par l’Ambassade sont autos consommées sans autorisation préalable du Payeur Général du Trésor ;

De plus, la mission a relevé que l’Ambassade basée à Brazza affiche un ensemble de dysfonctionnements et d’irrégularités financières, dont le manque de suivi des décrets et arrêtés portant abrogation des actes de nomination du personnel diplomatique dans les Ambassades. La mission a fait des recommandations dans le sens de l’amélioration de la gestion de l’Ambassade et procédé aussi à des dénonciations aux autorités judiciaires. Elles visent à créer les conditions d’une bonne sauvegarde des ressources financières de l’État et lui permettre aussi de rentrer dans ses droits.

Pour les irrégularités financières, la mission précise que le montant total s’élève à 391 944 121 (Trois cent quatre-vingt-douze millions, neuf cent quarante-quatre mille, cent vingt et un) CFA.
Ainsi, il ressort que l’Ambassadeur du Mali a cautionné une dépense de 1 113 449 (Un million cent-treize-mille et quatre cent quarante-neuf) CFA pour les Frais médicaux payés par l’Ambassade mais non remboursés par l’Assureur ; Un loyer doublement payé à hauteur 1 500 000 (Un million cinq cent mille) CFA ; 1 478 500 (Un million quatre cent soixante-dix-huit mille cinq cent) francs cfa totalisant les Indemnités de déplacements et de missions non justifiées.

SAISINE EFFECTIVE DU POLE ECONOMIQUE ET FINANCIER  

En ce qui concerne la transmission et dénonciation de faits par le vérificateur général au président de la Section des comptes de la Cour suprême et au Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de la commune III du district de Bamako en charge du Pôle économique et financier.

Toutes les dépenses irrégulières ont été mises à l’attention de Procureur. La juridiction de Brazzaville abrite la troisième plus importante communauté malienne à l’étranger après celles d’Abidjan et de Paris. A noter que les travaux aux fins du présent rapport ont commencé le 23 décembre 2019 et ont pris fin le 4 janvier 2020.

BAMOISA

NOUVEL HORIZON

MaliwebCorruptionPolitique
Le Vérificateur général a initié une mission d’audit de la gestion de l’Ambassade du Mali à Brazza au Congo au titre des exercices 2016, 2017, 2018 et 2019 (1er semestre). A l’issue de la vérification, la vérification a constaté plusieurs irrégularités d’ordre administratif et financier évaluées à 391 944 121...