Au Mali, nul n’ignore qu’en cette période d’insécurité, seule l’armée malienne est en mesure d’assurer la sécurité de toute personnalité voulant sillonner le Mali.

En campagne électorale pour les élections législatives de mars 2020 à Niafunké, le cercle où il a vu le jour , Soumaïla CISSE, le Chef de file de l´ opposition politique malienne et sa délégation ont été enlevés par djihadistes: C’était le 25 mars 2020 dernier.

Victime d’un rapt djihadiste , le porte étendard de l´Union pour la République et la Démocratie (URD) à Niafunké, Soumaïla Cissé l’aura finalement été parce qu’il aura foulé aux pieds les recommandations sécuritaires en vigueur dans sa région d’origine qu’il ne visite qu’à pas de course, lors de campagnes électorales: il y arrive toujours donc comme un étranger et non un autochtone.

Au moment où nous rédigeons ces lignes, tous les membres de sa délégation ont été libérés sauf leur mentor considéré comme un gros poisson péché dans le Sahel aux dires de ses ravisseurs.

Selon des informations concordantes, c’est Soumaila Cissé qui a personnellement refusé l’escorte des Forces de défenses et de sécurité du Mali, qui ont pris soin de l’alerter sur le caractère dangereux du risque qu’il s’apprêtait à prendre dans cette zone où la présence djihadiste est de notoriété publique.

D’autres sources révèlent que l’opposant entretient des relations étroites avec des négociateurs peu scrupuleux en lien avec les djihadistes qui auraient promis d’assurer sa sécurité.

Entre le sécurité offerte par le Mali, sa Patrie et celle offerte par ces hommes de peu de foi , l’honorable Cissé, chef de file de l´ opposition républicaine du Mali, a choisi de confier sa sécurité aux apatrides.

Si les oiseaux de même plumage prennent leur envol ensemble, nous sommes tentés par des questionnements qui interpellent plus d’un.

C’est donc en naïf étranger sur sa terre natale que l’opposant Soumaïla CIssé a été victime d’un marché de dupes sur sa propre sécurité: floué par des individus peu fréquentables.

Depuis son lieu de détention, Soumaila méditerait sur son sort et regretterait d’avoir fait confiance aux ennemis de la République au grand dam de la classe politique malienne.

Au final, celui qui s’autoproclame homme d’état, aura préféré la sécurité des narco-djihadistes à celle proposée par l’armée républicaine.

Abdu Rassoul Diakité

Source: ifoghas.com

 

MaliwebMaliweb Malijet MaliactuPolitique
Au Mali, nul n’ignore qu'en cette période d'insécurité, seule l'armée malienne est en mesure d'assurer la sécurité de toute personnalité voulant sillonner le Mali. En campagne électorale pour les élections législatives de mars 2020 à Niafunké, le cercle où il a vu le jour , Soumaïla CISSE, le Chef de...