Le vote de loi prorogeant le mandat des Députés de l’Assemblée Nationale fait rage au sein de l’opposition politique. Celle-ci, comme rattrapée par ses vieilles casseroles, semble revenir en arrière pour se donner bonne conscience. C’est le cas du parti SADI dont son le ronflant Président Dr Oumar Mariko, Député, demande aux élus de son parti à ne pas siéger à l’Assemblée nationale au-delà du 31 décembre 2018 qui marquera la fin du mandat en cours.

Le parti SADI revient à ses vieilles habitudes en termes de contestations pour contestations. Comme en 2012 où le mandat des Députés a connu une prolongation d’une année, l’Honorable Oumar Mariko faisait partie de ceux-là qui avaient siégé et émargé sur la liste des Députés. Après, il est revenu verser la somme qu’il avait émargée durant la prorogation, comme pour dire qu’il ne veut pas prendre l’argent d’un mandat qu’il juge illégale. L’histoire semble se répéter pour lui avec la prorogation du mandat de 6 mois. Le hic dans le présent cas est dû au vote par les Députés de l’opposition et l’abstention par certains.

Quelle qualification donnée à ces deux façons de faire?

Pour le citoyen lambda, abstentionnistes et votants sont les mêmes. L’idéal était de voter contre. Or, les décomptes de voix ont montré qu’il y a eu 137 votants pour 5 abstentions et 0 voix contre.

Pourquoi l’abstention si l’on ne voulait pas de cette prorogation ? C’est là toute l’interrogation. Pour le citoyen lambda, les Députés ont tous voté pour. Se démarquer de ce qualificatif, c’est vouloir tromper la vigilance du Peuple malien. Le parti SADI qui veut se donner bonne conscience, dit mettre fin au mandat de ses élus à compter du 31 décembre laquelle annonce ne les dédouane pas du qualificatif de Députés alimentaires.

Il en est de même pour l’URD, principal parti de l’opposition qui conteste toujours la réélection d’IBK.

En même temps, ses Députés ont voté la loi portant prorogation de leur mandat qui sera promulguée par le Président de la République qu’il conteste toujours. Le hic dans cette affaire que certains Députés URD affirment voter cette loi afin d’achever les projets entamés dans ce mandat. C’est le cas du tonitruant Député élu à Yelimané, Mamadou Hawa Gassama Diaby, celui-là qui vilipendait le Régime IBK. Aujourd’hui, il devient le défenseur du même Régime. Quelle farce ?

A cet égard quel crédit accorder au combat que mènent les Responsables du FSD et CoFop qui réclament à cor et à cri de la bonne gouvernance, la sécurisation totale du pays, vérité sur le scrutin présidentiel de 2018, etc. Il ne se passe une journée sans ne fasse de déclaration dans la presse ou rencontre quelconque pour dénoncer, ce qu’ils appellent dérives, du pouvoir en place. Aujourd’hui, ils dédisent en votant la loi prorogeant le mandat des élus de la Nation. A travers leur travail, Soumaïla Cissé et ses Hommes ont montré à la face du monde que leur souci est leur poche et non l’amélioration des conditions de vie du Peuple.

Le boycott par le CDR de la marche citoyenne programmée pour le 8 décembre prochain est le corollaire du manque de confiance qui existe en le Peuple et eux en tant qu’opposants. Ils sont nombreux les déçus de l’opposition politique et qui ont pris leur distance vis-à-vis de cette classe politique. Le manque de cohérence dans les actions serait à la base du découragement des militants dont certains ont quitté le regroupement, d’autres bien membres, s’abstiennent de prendre part aux activités du parti.

Ambaba de Dissongo

 

Source : L’Observatoire

MaliwebmaliwebPolitiqueMamadou Hawa Gassama
Le vote de loi prorogeant le mandat des Députés de l’Assemblée Nationale fait rage au sein de l’opposition politique. Celle-ci, comme rattrapée par ses vieilles casseroles, semble revenir en arrière pour se donner bonne conscience. C’est le cas du parti SADI dont son le ronflant Président Dr Oumar Mariko,...