Après la mise en place des autorités de la Transition, des discours patriotiques porteurs d’espoir  ont été faits. L’intention de lutter contre les pratiques malsaines à savoir la corruption, l’impunité, le détournement de la chose publique,  l’injustice et autres forfaitures est déjà connue. Mais jusque-là une chose n’a pas été communiquée : le salaire présidentiel. Vont-ils continuer à bénéficier le même privilège que l’ancien président Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA. Et cette fameuse caisse noire de 15 milliards destinée au président sous l’ère IBK? Qu’est-ce qui fait qu’on n’en parle pas depuis leur installation? Ce qui est sûr, les pauvres Maliens n’ont pas fait tout ce chemin pour revivre encore le même scénario qui  nous appauvri davantage. En tout cas, ils se demandent si nos deux présidents (Bâ N’DAW et Assimi GOITA) accepteraient de réduire ces dépenses qui appauvrissent le pays.

 

Au Mali, dans le contexte  exceptionnel qui est la présence d’un président secondé par un militaire actif,  les fonds auparavant alloués pour le compte de la présidence  pourraient sans doute être revus à la hausse. Chose qui semble passée inaperçue depuis l’installation des autorités de la transition. Si rien n’est fait pour traiter cette question d’ici la fin de leur mission, l’économie malienne risquera ne plus se relever durant des années.  Surtout, quand on sait que son indice de développement humain (IDH) le place en 184ème position sur 189 pays. En tout cas, avec cet imprévu poste de vice-président ajouté à la charge des membres du gouvernement, la rémunération mensuelle des dirigeants de la transition de 18 mois risquera de jouer sérieusement sur nos maigres ressources. Or, cette période devrait servir pour l’architecture de ce nouveau Mali comme  l’avait mentionné le président Bâ N’DAW dans son discours d’investiture :

« La bonne gestion de nos ressources, de nos maigres ressources est, en effet, une obligation. Ce sera là un chantier de la Transition. Il sera quotidien. Il sera renforcé et ne sera pas négligé un seul instant. Générer des ressources optimales au niveau national n’est pas un luxe. C’est une exigence et celle-ci passe par l’utilisation judicieuse de nos maigres deniers. »

Aujourd’hui, le peuple connaît les profits qu’on peut en tirer lorsqu’on devient Président. Plus une secret pour personne que ce dernier en plus  de son salaire, bénéficie d’une longue liste de primes et d’indemnités et gère à sa guise la fameuse « caisse noire ». Aussi d’autres indemnités, dont celle dite de souveraineté qui est de 25 millions par mois. Le fonds de souveraineté ou caisse noire est affectée au Premier ministre pour certaines dépenses sociales ou spécifiques liées à son cadre de travail. Parlant de la prise en charge des ministres et assimilés, il faut noter qu’en plus de la gratuité du logement avec tout le confort qui s’y trouve, ils ont un salaire de base de moins 400 000FCFA majoré d’une indemnité forfaitaire de représentation et de domesticité de 350 000 FCFA ainsi qu’une indemnité d’entretien fixé à 250 000 FCFA, soit un total de 951 000 FCFA.

Selon une source bien introduite, certains ministres disposent d’une « caisse spéciale » dont le montant varie en fonction des ministères.” Il fait souligner qu’en cas de départ du gouvernement, les ministres et assimilés bénéficient chacun d’une indemnité de départ de 3 mois de salaire de ministres sans parler des autres privilèges. Face au gâchis de dénier public, allons-nous prochainement entendre des salaires raisonnables prévus pour ces nouvelles autorités d’un pays pauvre comme le nôtre ? Maintenant qu’ils sont aux affaires, montreront-ils l’exemple aux futures autorités de la République en  déclarant tout simplement tous leurs biens ?  Le temps nous édifiera !

Ben chérif

Source : le soir de Bamako

MaliwebPolitique
Après la mise en place des autorités de la Transition, des discours patriotiques porteurs d’espoir  ont été faits. L’intention de lutter contre les pratiques malsaines à savoir la corruption, l’impunité, le détournement de la chose publique,  l’injustice et autres forfaitures est déjà connue. Mais jusque-là une chose n’a pas...