Les responsables du Rassemblement Pour le Mali (RPM) étaient face à la presse le jeudi dernier, pour échanger sur les sujets brulants de l’actualité, une tradition qu’ils ont établie depuis octobre dernier. La dite conférence était animée par le président du parti, Dr Bokary Tréta, qui avait à ses côtés, le secrétaire général du parti, M. Baber  Gano et le secrétaire aux relations extérieures du Bureau politique national du parti des tisserands, Mamadou Camara, non moins ancien ministre. C’était dans la salle de conférence du Centre National du Patronat du Mali (CNPM).

bocary-treta-president-rpm-banque-malienne-solidarite-bms

Dans ses propos liminaires, le président des tisserands, Dr Tréta, s’est basé sur la récente motion de censure contre le gouvernement à l’assemblée nationale, il dira qu’il est normal dans le fonctionnement des institutions de la république, que les députés interpellent les ministres pour les besoins quelconques.  Il a qualifié  cette motion de censure de campagne destructrice et méchante menée contre le président de la République Ibrahim Boubacar Keita. « Notre opposition est déstabilisatrice, putschiste, elle s’est installée dans la déstabilisation ; or s’il n’y a pas de stabilité des institutions, il n’y aura jamais la paix dans notre pays », a déclaré le président du RPM.

Ceux qui s’attaquent à IBK pour ternir son image en disant des choses extraordinaires, imaginaires doivent comprendre qu’il est le père de la Nation. Désormais, on n’acceptera plus que les oiseaux de mauvais augure continuent à dire de n’importe quoi sur président de la République. Avant d’ajouter qu’Inhala, le candidat du parti à l’élection présidentielle de 2018, le président Ibrahim Boubacar Keita sera réélu dans les règles de l’art, et que l’opposition va se chercher dans les fonds des urnes.

Par rapport, au cas d’ATT, le RPM s’est très réjoui de la décision prise par l’Assemblée nationale, affirmant que celle-ci s’inscrit dans le cadre de la réconciliation nationale. Il se dit aussi satisfait de l’état des préparatifs de l’organisation du Sommet Afrique-France prévu en janvier prochain à Bamako.

Pour le secrétaire général, M. Baber Gano, «nous ne pourrons pas accepter que le nom du président de la République soit terni par des individus mal intentionnés, qui n’ont pas l’amour pour leur pays. IBK n’a pas de problème. Concernant le cas de l’ancien premier ministre Moussa Mara à Kidal en mai 2014, il dira qu’il n’a jamais été dit dans la résolution votée que la responsabilité pénale de Moussa Mara est établie, on n’est pas encore à ce niveau. Il s’agit d’ouvrir une enquête judiciaire pour faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé à Kidal en mai 2014.

En prenant la parole, le secrétaire chargé de relations extérieures, Mahamadou Camara, a réagi sur les questions des journalistes sur le communiqué conjoint entre le Mali et l’Union Européenne concernant les émigrés maliens. Il n’y a jamais été question de signature d’un accord de réadmission des Maliens. Un tel propos est de nature à affaiblir notre pays. «  Nous n’accepterons pas que le Mali soit le marchepied de l’ambition de certains politiques européens », a signalé Mahamadou Camara.

Bissidi Simpara

Tréta le demi-Dieu ?

Source : La Sirène

MaliwebMali actuMalijetPolitique
Les responsables du Rassemblement Pour le Mali (RPM) étaient face à la presse le jeudi dernier, pour échanger sur les sujets brulants de l’actualité, une tradition qu’ils ont établie depuis octobre dernier. La dite conférence était animée par le président du parti, Dr Bokary Tréta, qui avait à ses...