Le dilemme de la candidature du Parti de l’Abeille  à la prochaine présidentielle continue d’agiter les structures et instances de la Ruche, même s’il arrive que les protagonistes se lassent de polémique et d’étaler leurs divergences à toutes les occasions. C’était d’ailleurs le cas lors d’une réunion, jeudi dernier, qui avait été pourtant annoncée comme une rencontre de tous les dangers, de tous les enjeux. La Ruche a en effet surpris par une retenue rarement observée depuis que le débat de 2018 oppose les Abeilles favorables à l’affirmation identitaire du Pasj et les adeptes d’un renoncement stratégique aux ambitions présidentielles du parti, au nom de sa cohésion.

dioncounda traore tiemoko sangare president adema pasj

Quoique consacré à la Nouvelle Offre Politique annoncée lors d’une récente retraite de l’Adema  à l’Hôtel Tombouctou, le conclave n’a pas manqué d’effleurer la brûlante question de candidature, un sujet sur laquelle les différences tendances du Comité exécutif semblent avoir convenu qu’il appartient déjà à l’histoire. Un motif de jubilation pour les tenants de la candidature interne qui en ont soulevé une coupe de la victoire au sortir de ladite réunion, tandis que le camp opposé considère que victoire il ne saurait y avoir sur une question qui n’était pas l’ordre du jour. Autant dire que la bataille de la candidature 2018 pourrait avoir été tout simplement transportée dans les tranchées, en attendant de ressurgir au moment opportun.

Quoi qu’il en soit, les parlementaires du Pasj, à l’unanimité ou presque, semblent se délecter pour leur part du double triomphe d’avoir non seulement arraché le principe d’une candidature interne mais aussi que celle-ci soit portée par l’une personnalité capable à leurs yeux de ratisser le plus large possible dans le cadre d’une autonomie du Pasj à la présidentielle de 2018.

Il s’agit notamment de l’ancien président des Abeilles, Pr Dioncounda Traoré, sur lequel les députés Adema ont ouvertement pointé le curseur dans une réflexion consacrée aux équations de 2012 et officiellement adressée au Comité exécutif.

C’est dire qu’aux démarches individuelles de simples citoyens ou collectives émanant d’associations de sympathisants et de militants, l’ancien chef de l’Etat sous la Transition  va devoir affronter la sollicitation beaucoup plus contraignante d’une structure officielle de son parti. Ce faisant, le groupe parlementaire, sous la conduite de l’honorable Issa Togo, met pour le moins la barre haut et accentue un peu plus la pression sur un redoutable porte-étendard qui a jusqu’ici vaillamment résisté aux multiples sirènes, au nom dit-on de sa proximité avec IBK. La balle est dans tous les cas dans le camp de Dioncounda Traoré. À défaut de préférer à ses amitiés personnelles la survie d’une famille politique dont il tient le destin dans ses mains, l’adversaire d’IBK à la présidentielle avortée de 2012 doit au moins à ses camarades de leur indiquer la voie à suivre dans leur épreuve de traversée existentielle.

A Keita

Par Le Témoin
MaliwebMaliweb Malijet Maliactumaliweb netPolitique
Le dilemme de la candidature du Parti de l’Abeille  à la prochaine présidentielle continue d’agiter les structures et instances de la Ruche, même s’il arrive que les protagonistes se lassent de polémique et d’étaler leurs divergences à toutes les occasions. C’était d’ailleurs le cas lors d’une réunion, jeudi dernier,...