La situation politico-institutionnelle au Mali présente un climat délétère. Les acteurs politiques, aussi bien les alliés du Président IBK que ceux de l’opposition, continueraient de camper sur des positions qui ne favoriseraient pas les différentes options mises en place.

 

Ce serait dans cette urgente et explosive ambiance politique, caractérisée par une fracture profonde de l’EPM, qu’un conseil des ministres extraordinaire aurait été annoncé pour ce jour vendredi 07 juin 2019.

Selon nos informations, une longue nuit de concertation du président de la République aurait eu lieu avec des personnalités et quelques chefs d’institutions. Le Président de la République serait rendu au domicile de l’ex président Moussa Traoré, il aurait aussi rencontré l’ex Premier Ministre Soumeylou Boubeye Maiga, le président de l’Adema Tiemoko Sangare, Boulkassoum Haidara du CESC, ou encore la présidente de la Cour Constitutionnelle, Manassa Danioko.

D’après nos indiscrétions, les échanges auraient porté sur la prorogation du mandat des députés et l’impossible cohabitation entre les responsables de la mouvance présidentielle. En effet, une guerre ouverte se serait déclarée au sein de la majorité présidentielle, avec en première ligne, des frustrations et mêmes des frondes en perspective.

Selon des personnalités rencontrées par le président de la République, IBK accuserait le RPM et son président Bocary TRETA d’être ses pires adversaires politiques aujourd’hui. Quelle option donc envisager pour cette prorogation?

Plusieurs partis et responsables de la majorité déconseilleraient cette nouvelle prorogation du mandat des députés. L’option de gouverner par ordonnance serait-elle actée? En tout cas, des partisans de Soumeylou Boubeye et de Housseini Amion Guindo auraient exprimé leur rejet de cette assemblée et l’essentiel des leaders de l’opposition ( Soumaila Cissé, Aliou Boubacar Diallo, Oumar Mariko ou Moussa Sinko Coulibaly) seraient aussi ouvertement opposés à une prolongation.

Il faut donc le dire, l’horizon politique s’assombrirait et une nouvelle instabilité pourrait s’ouvrir si les mesures qui seraient prises en Conseil des ministres extraordinaire de ce vendredi ne feraient pas unanimité. Pourquoi la colère de la majorité présidentielle? Des créations de pôles seraient déjà lancées par des partis de la majorité. Les raisons dans nos prochaines parutions.

Figaro Mali

MaliwebMali actuMalijetmaliwebPolitique
La situation politico-institutionnelle au Mali présente un climat délétère. Les acteurs politiques, aussi bien les alliés du Président IBK que ceux de l’opposition, continueraient de camper sur des positions qui ne favoriseraient pas les différentes options mises en place.   Ce serait dans cette urgente et explosive ambiance politique, caractérisée par...